Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

Moscou dément vouloir renforcer sa flotte en Baltique

Vidéo par Madeleine LEROYER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2010

Alors qu'un responsable militaire russe avait assuré que Moscou renforcerait l'armement de sa flotte en mer Baltique, en réponse aux missiles américains déployés en Pologne, le ministère russe de la Défense dément avoir de telles intentions.

AFP - Le ministère russe de la Défense a démenti jeudi avoir l'intention de renforcer l'arsenal de sa flotte en mer Baltique, après que la Pologne a annoncé que des missiles américains Patriot seraient déployés à proximité de la frontière russe.

"Aucun changement n'est prévu en ce qui concerne l'arsenal de combat de la flotte de la Baltique en cas de déploiement de missiles Patriot près de la frontière avec la Russie", a déclaré le ministère dans un communiqué cité par les agences russes.

L'agence Ria Novosti avait cité plus tôt un haut responsable militaire russe non-identifié qui assurait que la Russie renforcerait l'armement de ses navires, sous-marins et avions dans la région en réponse à l'annonce de Varsovie.

Le ministre polonais de la Défense, Bogdan Klich, a annoncé mercredi que des missiles américains Patriot seront déployés dans le nord de la Pologne à seulement 60 km de l'enclave russe de Kaliningrad.

Il a assuré que cette décision n'était pas politique, et qu'elle avait été prise pour de simples questions de logistique, la caserne y étant "grande" et "en bon état".

Cette décision risque néanmoins de déplaire à la Russie, qui a déjà combattu avec véhémence le projet de bouclier antimissile américain en Pologne et en République tchèque auquel les Etats-Unis ont finalement renoncé en septembre 2009.

Première publication : 21/01/2010

COMMENTAIRE(S)