Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

Amériques

Environ 50 détenus de Guantanamo emprisonnés indéfiniment

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/01/2010

Jugés trop dangereux pour être libérés, une cinquantaine de détenus de Guantanamo devraient rester enfermés. Ni jugeables ni libérables selon l'administration Obama, ces prisonniers pourront encore contester leur détention au civil.

AFP- L'administration Obama souhaite garder enfermés environ 50 détenus de Guantanamo jugés trop dangereux pour être libérés et contre lesquels n'existent pas de charges suffisantes pour permettre un procès pénal, rapporte vendredi le Washington Post.

Citant des responsables de l'administration Obama, le quotidien affirme que le groupe de travail interministériel chargé d'examiner la situation individuelle de chaque détenu a établi une liste définitive d'une cinquantaine d'hommes - parmi les 196 encore à Guantanamo - ni jugeables ni libérables.

Les détenus concernés pourront cependant encore contester leur détention au civil, devant des juges de droit commun, qui auront le dernier mot. Il s'agit de déterminer si le gouvernement est fondé à les garder enfermés en vertu de la loi de la guerre, guerre que le Congrès a autorisé après les attentats du 11 septembre 2001.

Appelé Habeas corpus, la possibilité de contester sa détention au civil est une des pierres angulaires du droit anglo-saxon. Les détenus de Guantanamo ont obtenu ce droit de la Cour suprême des Etats-Unis en juin 2008.

"Nous avançons encore, de manière plus réfléchie et plus méthodique qu'avant", a assuré un responsable de l'administration américaine au journal, sous couvert d'anonymat. "Toute politique bute sur la réalité et c'est douloureux mais celle-ci nous embarrasse davantage que les autres", a-t-il ajouté.

Les organisations de défense des droits de l'homme et de nombreux spécialistes ont critiqué la décision du président américain de garder enfermés indéfiniment certains détenus de Guantanamo.

Alors qu'elle fête vendredi le premier anniversaire jour pour jour de la signature du décret présidentiel ordonnant la fermeture de Guantanamo dans les 12 mois, l'administration doit acquérir une prison dans l'Illinois pour accueillir ces hommes et ceux qu'elle entend traduire devant des tribunaux militaires d'exception.

Mais au Congrès, la plupart des élus Républicains sont contre un transfèrement de détenus de Guantanamo sur le sol américain.

Le Washington Post précise encore que parmi les quelque 110 détenus qui ont été déclarés libérables, une trentaine de Yéménites ont été placés "dans une catégorie à part", leur retour étant conditionné à la stabilisation du pays, ébranlé par des violences attribuées à Al-Qaïda.

Quatre-vingt autres prisonniers - dont une autre trentaine de Yéménites selon le quotidien - devraient être relâchés dans leur pays ou dans des pays tiers dans les prochains mois, dont environ 45 d'ici cet été.

Première publication : 23/01/2010

COMMENTAIRE(S)