Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

Environ 50 détenus de Guantanamo emprisonnés indéfiniment

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/01/2010

Jugés trop dangereux pour être libérés, une cinquantaine de détenus de Guantanamo devraient rester enfermés. Ni jugeables ni libérables selon l'administration Obama, ces prisonniers pourront encore contester leur détention au civil.

AFP- L'administration Obama souhaite garder enfermés environ 50 détenus de Guantanamo jugés trop dangereux pour être libérés et contre lesquels n'existent pas de charges suffisantes pour permettre un procès pénal, rapporte vendredi le Washington Post.

Citant des responsables de l'administration Obama, le quotidien affirme que le groupe de travail interministériel chargé d'examiner la situation individuelle de chaque détenu a établi une liste définitive d'une cinquantaine d'hommes - parmi les 196 encore à Guantanamo - ni jugeables ni libérables.

Les détenus concernés pourront cependant encore contester leur détention au civil, devant des juges de droit commun, qui auront le dernier mot. Il s'agit de déterminer si le gouvernement est fondé à les garder enfermés en vertu de la loi de la guerre, guerre que le Congrès a autorisé après les attentats du 11 septembre 2001.

Appelé Habeas corpus, la possibilité de contester sa détention au civil est une des pierres angulaires du droit anglo-saxon. Les détenus de Guantanamo ont obtenu ce droit de la Cour suprême des Etats-Unis en juin 2008.

"Nous avançons encore, de manière plus réfléchie et plus méthodique qu'avant", a assuré un responsable de l'administration américaine au journal, sous couvert d'anonymat. "Toute politique bute sur la réalité et c'est douloureux mais celle-ci nous embarrasse davantage que les autres", a-t-il ajouté.

Les organisations de défense des droits de l'homme et de nombreux spécialistes ont critiqué la décision du président américain de garder enfermés indéfiniment certains détenus de Guantanamo.

Alors qu'elle fête vendredi le premier anniversaire jour pour jour de la signature du décret présidentiel ordonnant la fermeture de Guantanamo dans les 12 mois, l'administration doit acquérir une prison dans l'Illinois pour accueillir ces hommes et ceux qu'elle entend traduire devant des tribunaux militaires d'exception.

Mais au Congrès, la plupart des élus Républicains sont contre un transfèrement de détenus de Guantanamo sur le sol américain.

Le Washington Post précise encore que parmi les quelque 110 détenus qui ont été déclarés libérables, une trentaine de Yéménites ont été placés "dans une catégorie à part", leur retour étant conditionné à la stabilisation du pays, ébranlé par des violences attribuées à Al-Qaïda.

Quatre-vingt autres prisonniers - dont une autre trentaine de Yéménites selon le quotidien - devraient être relâchés dans leur pays ou dans des pays tiers dans les prochains mois, dont environ 45 d'ici cet été.

Première publication : 23/01/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)