Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang fustige une "déclaration ouverte de guerre" de Séoul

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2010

Pyongyang a réagi, ce dimanche, aux menaces de la Corée du Sud, qui dit se réserver le droit de lancer une frappe préventive contre la Corée du Nord si elle détecte une possible attaque nucléaire en provenance de son territoire.

AFP - La Corée du Nord a fustigé dimanche un plan sud-coréen prévoyant une "frappe préventive" contre son territoire afin de contrecarrer toute attaque nucléaire, dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA.

Dans ce texte, l'état-major de l'armée populaire nord-coréenne affirme considérer les remarques sud-coréennes sur une frappe préventive comme "une déclaration ouverte de guerre".

Il avertit qu'il réagira militairement à toute tentative des "autorités fantoches" sud-coréennes.

"C'est en soi une déclaration de guerre" contre la Corée du Nord, a renchéri le Comité (nord-coréen) pour la réunification pacifique de la Corée qui gère les relations transfrontalières entre les deux Etats.

Cité par l'agence Yonhap, le ministre sud-coréen de la Défense Kim Tae-Young avait déclaré mercredi que son pays se réservait le droit de lancer une frappe s'il détectait une possible attaque nucléaire nord-coréenne.

"Nous devrions frapper immédiatement si nous détections une intention claire d'attaque à l'aide d'armes nucléaires", a déclaré le ministre sud-coréen, lors d'une réunion à Séoul.

"Il serait trop tard et les dégâts seraient trop considérables si, le cas échéant, nous devions être confrontés à une attaque nucléaire de la Corée du Nord", a-t-il ajouté.

Le ministre avait fait des déclarations similaires en 2008, soulevant la même vague de protestation en Corée du Nord et provoquant l'expulsion temporaire de responsables sud-coréens d'une zone industrielle soutenue par des fonds sud-coréens, juste au nord de la frontière entre les deux Corée.

De son côté, le chef de la diplomatie sud-coréenne Yu Myung-Hwan a déclaré vendredi à la presse espérer une reprise en février des négociations à six pays sur le nucléaire nord-coréen, au point mort depuis plus d'un an, tout en réaffirmant que les sanctions contre la Corée du Nord resteraient en vigueur tant qu'aucun progrès ne serait enregistré.

Pyongyang a claqué en avril 2009 la porte des discussions sur sa dénucléarisation après un tir de missile controversé sanctionné par le Conseil de sécurité de l'ONU. Il a procédé dans la foulée à son deuxième essai nucléaire depuis celui de 2006.

Le régime communiste s'est depuis déclaré prêt à renouer le dialogue mais seulement si les sanctions à son égard étaient levées. Pyongyang fait également de la signature d'un traité de paix avec les Etats-Unis le préalable d'une reprise des négociations.
 

Première publication : 24/01/2010

COMMENTAIRE(S)