Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président appelle au calme à la veille d'une présidentielle tendue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2010

Accusé de vouloir truquer l'élection en cas de défaite, le chef de l'État lance un appel pour que le scrutin se déroule dans le calme. Pour la première fois depuis 37 ans, les Sri-Lankais éliront leur président dans un pays en paix, mardi.

AFP - Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, a appelé lundi à un vote "calme" à la veille de l'élection présidentielle au cours de laquelle il doit affronter son ancien chef des armées, dans un contexte où l'opposition l'accuse de préparer un coup d'Etat en cas de défaite.

Il s'agit de la première élection en temps de paix après 37 ans de conflit entre l'Etat et la rébellion séparatiste des Tigres tamouls.

"Le gouvernement du Sri Lanka appelle à une élection calme et s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour y parvenir", a déclaré le cabinet du président dans un communiqué.

Environ 68.000 policiers et 250.000 fonctionnaires de l'administration vont superviser le scrutin qui promet d'être serré selon les observateurs.

Dans les derniers jours de la campagne électorale, le camp de l'ex-général Sarath Fonseka et celui du gouvernement se sont mutuellement accusé d'intentions malveillantes dans un climat tendu, laissant entrevoir la perspective d'une contestation des résultats.

L'organisme privé de surveillance de la violence en période électorale (CMEV) a déclaré, dans un rapport, avoir constaté de sérieux manquements dans le processus électoral, estimant que la commission indépendante des élections avait perdu son autorité.

Le niveau de la violence est pire que lors du précédent scrutin présidentiel en 2005, estime le CMEV qui juge cependant qu'une participation massive des 14,08 millions d'électeurs pourrait garantir un résultat sorti des urnes reflétant la volonté du peuple.

L'opposition accuse le gouvernement de vouloir truquer les résultats et de faire preuve de violence pour intimider les électeurs. Dimanche, elle a aussi affirmé que l'armée, la télévision d'Etat et la police avaient été préparées à un coup d'Etat pour maintenir M. Rajapakse au pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères Rohitha Bogollagama a pour sa part évoqué lundi la préoccupation du gouvernement concernant les déserteurs de l'armée qui auraient rejoint l'opposition.
 

Première publication : 25/01/2010

COMMENTAIRE(S)