Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président appelle au calme à la veille d'une présidentielle tendue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2010

Accusé de vouloir truquer l'élection en cas de défaite, le chef de l'État lance un appel pour que le scrutin se déroule dans le calme. Pour la première fois depuis 37 ans, les Sri-Lankais éliront leur président dans un pays en paix, mardi.

AFP - Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, a appelé lundi à un vote "calme" à la veille de l'élection présidentielle au cours de laquelle il doit affronter son ancien chef des armées, dans un contexte où l'opposition l'accuse de préparer un coup d'Etat en cas de défaite.

Il s'agit de la première élection en temps de paix après 37 ans de conflit entre l'Etat et la rébellion séparatiste des Tigres tamouls.

"Le gouvernement du Sri Lanka appelle à une élection calme et s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour y parvenir", a déclaré le cabinet du président dans un communiqué.

Environ 68.000 policiers et 250.000 fonctionnaires de l'administration vont superviser le scrutin qui promet d'être serré selon les observateurs.

Dans les derniers jours de la campagne électorale, le camp de l'ex-général Sarath Fonseka et celui du gouvernement se sont mutuellement accusé d'intentions malveillantes dans un climat tendu, laissant entrevoir la perspective d'une contestation des résultats.

L'organisme privé de surveillance de la violence en période électorale (CMEV) a déclaré, dans un rapport, avoir constaté de sérieux manquements dans le processus électoral, estimant que la commission indépendante des élections avait perdu son autorité.

Le niveau de la violence est pire que lors du précédent scrutin présidentiel en 2005, estime le CMEV qui juge cependant qu'une participation massive des 14,08 millions d'électeurs pourrait garantir un résultat sorti des urnes reflétant la volonté du peuple.

L'opposition accuse le gouvernement de vouloir truquer les résultats et de faire preuve de violence pour intimider les électeurs. Dimanche, elle a aussi affirmé que l'armée, la télévision d'Etat et la police avaient été préparées à un coup d'Etat pour maintenir M. Rajapakse au pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères Rohitha Bogollagama a pour sa part évoqué lundi la préoccupation du gouvernement concernant les déserteurs de l'armée qui auraient rejoint l'opposition.
 

Première publication : 25/01/2010

COMMENTAIRE(S)