Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président appelle au calme à la veille d'une présidentielle tendue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2010

Accusé de vouloir truquer l'élection en cas de défaite, le chef de l'État lance un appel pour que le scrutin se déroule dans le calme. Pour la première fois depuis 37 ans, les Sri-Lankais éliront leur président dans un pays en paix, mardi.

AFP - Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, a appelé lundi à un vote "calme" à la veille de l'élection présidentielle au cours de laquelle il doit affronter son ancien chef des armées, dans un contexte où l'opposition l'accuse de préparer un coup d'Etat en cas de défaite.

Il s'agit de la première élection en temps de paix après 37 ans de conflit entre l'Etat et la rébellion séparatiste des Tigres tamouls.

"Le gouvernement du Sri Lanka appelle à une élection calme et s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour y parvenir", a déclaré le cabinet du président dans un communiqué.

Environ 68.000 policiers et 250.000 fonctionnaires de l'administration vont superviser le scrutin qui promet d'être serré selon les observateurs.

Dans les derniers jours de la campagne électorale, le camp de l'ex-général Sarath Fonseka et celui du gouvernement se sont mutuellement accusé d'intentions malveillantes dans un climat tendu, laissant entrevoir la perspective d'une contestation des résultats.

L'organisme privé de surveillance de la violence en période électorale (CMEV) a déclaré, dans un rapport, avoir constaté de sérieux manquements dans le processus électoral, estimant que la commission indépendante des élections avait perdu son autorité.

Le niveau de la violence est pire que lors du précédent scrutin présidentiel en 2005, estime le CMEV qui juge cependant qu'une participation massive des 14,08 millions d'électeurs pourrait garantir un résultat sorti des urnes reflétant la volonté du peuple.

L'opposition accuse le gouvernement de vouloir truquer les résultats et de faire preuve de violence pour intimider les électeurs. Dimanche, elle a aussi affirmé que l'armée, la télévision d'Etat et la police avaient été préparées à un coup d'Etat pour maintenir M. Rajapakse au pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères Rohitha Bogollagama a pour sa part évoqué lundi la préoccupation du gouvernement concernant les déserteurs de l'armée qui auraient rejoint l'opposition.
 

Première publication : 25/01/2010

COMMENTAIRE(S)