Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président appelle au calme à la veille d'une présidentielle tendue

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/01/2010

Accusé de vouloir truquer l'élection en cas de défaite, le chef de l'État lance un appel pour que le scrutin se déroule dans le calme. Pour la première fois depuis 37 ans, les Sri-Lankais éliront leur président dans un pays en paix, mardi.

AFP - Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse, a appelé lundi à un vote "calme" à la veille de l'élection présidentielle au cours de laquelle il doit affronter son ancien chef des armées, dans un contexte où l'opposition l'accuse de préparer un coup d'Etat en cas de défaite.

Il s'agit de la première élection en temps de paix après 37 ans de conflit entre l'Etat et la rébellion séparatiste des Tigres tamouls.

"Le gouvernement du Sri Lanka appelle à une élection calme et s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour y parvenir", a déclaré le cabinet du président dans un communiqué.

Environ 68.000 policiers et 250.000 fonctionnaires de l'administration vont superviser le scrutin qui promet d'être serré selon les observateurs.

Dans les derniers jours de la campagne électorale, le camp de l'ex-général Sarath Fonseka et celui du gouvernement se sont mutuellement accusé d'intentions malveillantes dans un climat tendu, laissant entrevoir la perspective d'une contestation des résultats.

L'organisme privé de surveillance de la violence en période électorale (CMEV) a déclaré, dans un rapport, avoir constaté de sérieux manquements dans le processus électoral, estimant que la commission indépendante des élections avait perdu son autorité.

Le niveau de la violence est pire que lors du précédent scrutin présidentiel en 2005, estime le CMEV qui juge cependant qu'une participation massive des 14,08 millions d'électeurs pourrait garantir un résultat sorti des urnes reflétant la volonté du peuple.

L'opposition accuse le gouvernement de vouloir truquer les résultats et de faire preuve de violence pour intimider les électeurs. Dimanche, elle a aussi affirmé que l'armée, la télévision d'Etat et la police avaient été préparées à un coup d'Etat pour maintenir M. Rajapakse au pouvoir.

Le ministre des Affaires étrangères Rohitha Bogollagama a pour sa part évoqué lundi la préoccupation du gouvernement concernant les déserteurs de l'armée qui auraient rejoint l'opposition.
 

Première publication : 25/01/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)