Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les musulmans rohingyas humiliés en Birmanie et une polémique après l'expulsion de France d'un Malien

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 28/01/2010

Zone d'ombre autour d'un assassinat

Au Congo, l'archevêque Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, demande la libération des détenus condamnés pour l'assassinat de Laurent Désiré Kabila.

En République démocratique du Congo, l’archevêque Laurent Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, a demandé la libération de 51 détenus, condamnés pour l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, père de l’actuel président Joseph Kabila.

"Je demande que la justice fasse son travail le plus vite possible pour que ces gens soient jugés ou libérés", a indiqué Monsengwo au micro de FRANCE 24 le 17 janvier 2010, à l’issue d’une messe à la mémoire des " Héros nationaux" du Congo : Laurent Désiré Kabila et Patrice Emery Lumumba, tous deux assassinés dans l’exercice de leurs fonctions.

"Le jugement du tribunal disait qu’il fallait compléter les enquêtes. Nous disons donc : 'Complétez ces enquêtes ou libéréz-les !'", a ajouté Monsengwo, plus haute autorité catholique et ancien président de la Conférence nationale souveraine, vaste forum qui avait permis l’instauration du multipartisme dans l’ex-Zaïre au début des années 1990.

Lors des visites guidées dans le bureau où Laurent Désiré Kabila fut assassiné, au Palais des Marbres qui surplombe la ville de Kinshasa, l’historien Antoine Lumanganeso, directeur des Archives nationales, a lui aussi indiqué qu’une réouverture du procès était nécessaire.

"Normalement, l’assassin est entré par cette porte, est arrivé jusqu’ici et a tiré à bout portant sur le président, a-t-il indiqué sur les lieux du crime ouverts au public pour la circonstance. Mais nous n’avons pas encore terminé tout le procès, nous n’avons pas toute les précisions… ", a-t-il précisé.

Procès politique ?

L’ancien ministre de la Justice Mwenzé Kongolo, compagnon de route de Laurent Désiré Kabila, s’est lui aussi prononcé en faveur de la libération des condamnés. "Les véritables assassins sont en liberté. Ceux qui ont été condamnés dans cette affaire sont innocents. Voilà ce qui énerve !", a indiqué cet ancien proche du président assassiné, aujourd’hui tombé en disgrâce.

Cependant, les autorités congolaises ont toujours refusé d’envisager la réouverture du procès.

Interrogé sur la question en mars 2007, l’actuel président Joseph Kabila avait balayé l’idée d’une réouverture du procès ou d’une amnistie. "L’erreur(…) a été de croire que l’on pouvait obtenir la réconciliation sans la justice", affirme le Président congolais Joseph Kabila, fils du président Laurent-Désiré Kabila tué dans son bureau de Kinshasa le 16 janvier 2001.

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, ministre de la Communication, la justice a été rendue. "Les recours existent. Il appartient aux prévenus d’introduire un pourvoi en cassation", a-t-il expliqué.

Maître Jean-Marie Eley Lofele, qui a défendu une vingtaine de prévenus dans cette affaire, affirme qu’un recours a été introduit depuis le prononcé du verdict en 2003, mais n’a jamais été examiné par la justice congolaise. "Il s’agit d’un procès politique !", a-t-il accusé.
 

 


 

Par Marlène RABAUD , Arnaud ZAJTMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

13/01/2017 Inde

Une Inde "100% digitale" : le rêve à marche forcée de Narenda Modi

Pour combattre l’argent sale, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a un rêve : celui de digitaliser entièrement l'économie, y compris auprès des illettrés. Le 8 novembre...

En savoir plus

12/01/2017 Ukraine

À Novolouhanske, l'armée ukrainienne veut se faire aimer des habitants

Dans l'Est de l’Ukraine, des tirs d'artillerie sont encore échangés chaque jour entre l'armée et les séparatistes pro-russes. Le mois dernier a été particulièrement violent. Nos...

En savoir plus

11/01/2017 Économie américaine

Le retour du "Made in America"

L'industrie chinoise est au cœur des préoccupations d'un grand nombre d'entreprises américaines. Des marques de grande consommation ont décidé de revenir aux États-Unis et de...

En savoir plus

10/01/2017 Omar el-Béchir

Soudan: dans les Monts Nuba, la guerre oubliée

Les monts Nuba, situés entre le Soudan et le Soudan du Sud, ne font pas partie des accords de paix signés entre les deux Soudan en 2005. Depuis six ans, des rebelles ont donc...

En savoir plus

09/01/2017 France

France : poussée de fièvre autour de l'enseignement de l'arabe à l’école

Parlé par plus de 430 millions de personnes dans le monde, l’arabe est enseigné depuis des années dans les écoles publiques françaises. De l’école primaire au collège en passant...

En savoir plus