Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/01/2010

Zone d'ombre autour d'un assassinat

Au Congo, l'archevêque Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, demande la libération des détenus condamnés pour l'assassinat de Laurent Désiré Kabila.

En République démocratique du Congo, l’archevêque Laurent Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, a demandé la libération de 51 détenus, condamnés pour l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, père de l’actuel président Joseph Kabila.

"Je demande que la justice fasse son travail le plus vite possible pour que ces gens soient jugés ou libérés", a indiqué Monsengwo au micro de FRANCE 24 le 17 janvier 2010, à l’issue d’une messe à la mémoire des " Héros nationaux" du Congo : Laurent Désiré Kabila et Patrice Emery Lumumba, tous deux assassinés dans l’exercice de leurs fonctions.

"Le jugement du tribunal disait qu’il fallait compléter les enquêtes. Nous disons donc : 'Complétez ces enquêtes ou libéréz-les !'", a ajouté Monsengwo, plus haute autorité catholique et ancien président de la Conférence nationale souveraine, vaste forum qui avait permis l’instauration du multipartisme dans l’ex-Zaïre au début des années 1990.

Lors des visites guidées dans le bureau où Laurent Désiré Kabila fut assassiné, au Palais des Marbres qui surplombe la ville de Kinshasa, l’historien Antoine Lumanganeso, directeur des Archives nationales, a lui aussi indiqué qu’une réouverture du procès était nécessaire.

"Normalement, l’assassin est entré par cette porte, est arrivé jusqu’ici et a tiré à bout portant sur le président, a-t-il indiqué sur les lieux du crime ouverts au public pour la circonstance. Mais nous n’avons pas encore terminé tout le procès, nous n’avons pas toute les précisions… ", a-t-il précisé.

Procès politique ?

L’ancien ministre de la Justice Mwenzé Kongolo, compagnon de route de Laurent Désiré Kabila, s’est lui aussi prononcé en faveur de la libération des condamnés. "Les véritables assassins sont en liberté. Ceux qui ont été condamnés dans cette affaire sont innocents. Voilà ce qui énerve !", a indiqué cet ancien proche du président assassiné, aujourd’hui tombé en disgrâce.

Cependant, les autorités congolaises ont toujours refusé d’envisager la réouverture du procès.

Interrogé sur la question en mars 2007, l’actuel président Joseph Kabila avait balayé l’idée d’une réouverture du procès ou d’une amnistie. "L’erreur(…) a été de croire que l’on pouvait obtenir la réconciliation sans la justice", affirme le Président congolais Joseph Kabila, fils du président Laurent-Désiré Kabila tué dans son bureau de Kinshasa le 16 janvier 2001.

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, ministre de la Communication, la justice a été rendue. "Les recours existent. Il appartient aux prévenus d’introduire un pourvoi en cassation", a-t-il expliqué.

Maître Jean-Marie Eley Lofele, qui a défendu une vingtaine de prévenus dans cette affaire, affirme qu’un recours a été introduit depuis le prononcé du verdict en 2003, mais n’a jamais été examiné par la justice congolaise. "Il s’agit d’un procès politique !", a-t-il accusé.
 

 


 

Par Marlène RABAUD , Arnaud ZAJTMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/02/2015 Qatar

Quand le Qatar cherche à se développer à tout prix

Les Qatariens défrayent régulièrement la chronique lorsqu'ils achètent le PSG, le Royal Monceau ou encore des parts dans British Airways. Mais ils investissent aussi des...

En savoir plus

21/05/2014 David Cameron

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

Comme les Néerlandais, les Britanniques votent ce 22 mai pour choisir leurs députés européens. Au Royaume-Uni, le parti eurosceptique Ukip a porté le débat de la campagne sur...

En savoir plus

16/05/2014 Bavure policière

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

Le LAPD, la prestigieuse police de Los Angeles, s'équipe actuellement de cameras portatives, pour que les officiers filment toutes leurs interventions. Des preuves impartiales,...

En savoir plus

14/05/2014 Révolution tunisienne

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

Touché de plein fouet par le soulèvement de 2011, les crises politiques et l'insécurité, le tourisme tunisien se remet doucement. En 2010, année de référence pour la profession,...

En savoir plus

23/05/2014 Autriche

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En Autriche, selon les derniers sondages, les nationalistes du FPÖ pourraient arriver en troisième position aux Européennes. Ils profitent notamment de l'effondrement de la...

En savoir plus