Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/01/2010

Zone d'ombre autour d'un assassinat

Au Congo, l'archevêque Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, demande la libération des détenus condamnés pour l'assassinat de Laurent Désiré Kabila.

En République démocratique du Congo, l’archevêque Laurent Monsengwo, plus haute autorité religieuse du pays, a demandé la libération de 51 détenus, condamnés pour l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, père de l’actuel président Joseph Kabila.

"Je demande que la justice fasse son travail le plus vite possible pour que ces gens soient jugés ou libérés", a indiqué Monsengwo au micro de FRANCE 24 le 17 janvier 2010, à l’issue d’une messe à la mémoire des " Héros nationaux" du Congo : Laurent Désiré Kabila et Patrice Emery Lumumba, tous deux assassinés dans l’exercice de leurs fonctions.

"Le jugement du tribunal disait qu’il fallait compléter les enquêtes. Nous disons donc : 'Complétez ces enquêtes ou libéréz-les !'", a ajouté Monsengwo, plus haute autorité catholique et ancien président de la Conférence nationale souveraine, vaste forum qui avait permis l’instauration du multipartisme dans l’ex-Zaïre au début des années 1990.

Lors des visites guidées dans le bureau où Laurent Désiré Kabila fut assassiné, au Palais des Marbres qui surplombe la ville de Kinshasa, l’historien Antoine Lumanganeso, directeur des Archives nationales, a lui aussi indiqué qu’une réouverture du procès était nécessaire.

"Normalement, l’assassin est entré par cette porte, est arrivé jusqu’ici et a tiré à bout portant sur le président, a-t-il indiqué sur les lieux du crime ouverts au public pour la circonstance. Mais nous n’avons pas encore terminé tout le procès, nous n’avons pas toute les précisions… ", a-t-il précisé.

Procès politique ?

L’ancien ministre de la Justice Mwenzé Kongolo, compagnon de route de Laurent Désiré Kabila, s’est lui aussi prononcé en faveur de la libération des condamnés. "Les véritables assassins sont en liberté. Ceux qui ont été condamnés dans cette affaire sont innocents. Voilà ce qui énerve !", a indiqué cet ancien proche du président assassiné, aujourd’hui tombé en disgrâce.

Cependant, les autorités congolaises ont toujours refusé d’envisager la réouverture du procès.

Interrogé sur la question en mars 2007, l’actuel président Joseph Kabila avait balayé l’idée d’une réouverture du procès ou d’une amnistie. "L’erreur(…) a été de croire que l’on pouvait obtenir la réconciliation sans la justice", affirme le Président congolais Joseph Kabila, fils du président Laurent-Désiré Kabila tué dans son bureau de Kinshasa le 16 janvier 2001.

Pour le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mendé, ministre de la Communication, la justice a été rendue. "Les recours existent. Il appartient aux prévenus d’introduire un pourvoi en cassation", a-t-il expliqué.

Maître Jean-Marie Eley Lofele, qui a défendu une vingtaine de prévenus dans cette affaire, affirme qu’un recours a été introduit depuis le prononcé du verdict en 2003, mais n’a jamais été examiné par la justice congolaise. "Il s’agit d’un procès politique !", a-t-il accusé.
 

 


 

Par Marlène RABAUD , Arnaud ZAJTMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/08/2014 Barack Obama

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

Aux États-Unis, le salaire minimum au niveau fédéral est fixé à 7,25 dollars de l'heure (5,40 euros). Cependant chaque État ou ville a le droit de faire voter une loi locale pour...

En savoir plus

20/08/2014 Énergie

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

Dans les Canaries, l'île volcanique d'El Hierro a décidé de prendre le problème de la dépendance énergétique à bras le corps en construisant une centrale électrique...

En savoir plus

19/08/2014 Armée

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

Lors de l'intervention militaire lancée sur Gaza en juillet dernier, les médias israéliens ont beaucoup parlé du colonel Ghassan Aliane, un militaire emblématique. Cet...

En savoir plus

18/08/2014 Pape François

En Corée du Sud, le nombre de catholiques a triplé en trente ans

Pour son premier déplacement en Asie, le pape François a choisi la Corée du Sud, un pays où le nombre de fidèles catholiques a été multiplié par trois en 30 ans. Une augmentation...

En savoir plus

15/08/2014 Religion

Thaïlande : ces Occidentaux qui se font moines bouddhistes

On dénombre déjà plusieurs centaines de moines occidentaux en Thaïlande et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Des Américains ou des Français qui tentent ce voyage pour de multiples...

En savoir plus