Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Sports

Andy Murray se qualifie pour les demi-finales après l'abandon de Rafael Nadal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/01/2010

Dernier vainqueur du tournoi, Rafael Nadal, ne pourra pas défendre son titre à Melbourne. L'Espagnol a été contraint à l'abandon en quart de finale, en raison d'une douleur au genou. Son adversaire, Andy Murray, affrontera Marin Cilic en demi.

AFP - L'Espagnol Rafael Nadal, tête de série N.2, a perdu son titre à l'Open d'Australie, abandonnant en quarts de finale face au Britannique Andy Murray (N.5) après avoir été mené 6-3, 7-6 (7/2), 3-0 mardi.

Dominé dans le jeu, Nadal, qui n'avait pas semblé diminué outre-mesure jusque-là, a appelé le soigneur au début du troisième set. Il lui a dit qu'il avait commencé à ressentir une douleur au genou droit dans la deuxième manche.

Après avoir interrompu la partie à 1-0 15-15 au troisième set, Nadal, souvent blessé ces derniers mois, a perdu son service à la reprise, avant de jeter l'éponge quelques minutes plus tard.

Jouant un tennis très intelligent et résolument agressif, Murray avait largement dominé Nadal dans les deux premiers sets. Il rencontrera le Croate Marin Cilic en demi-finale.

C'est une journée noire pour Nadal qui paye cher cette sortie précoce. Lorsqu'il avait quitté Melbourne il y a un an, il était N.1 mondial, champion olympique et détenait trois des quatre titres du Grand Chelem. Seul l'US Open lui échappait encore mais, disait-on alors, pas pour longtemps.

Moins de douze mois plus tard, il a perdu tout ce qu'il pouvait perdre. Battu à Roland-Garros, forfait à Wimbledon, défait en Australie, il va également reculer au troisième rang mondial au prochain classement ATP, dépassé par le Serbe Novak Djokovic. Il lui reste son titre olympique.

Cela fait huit mois que l'Espagnol, blessé aux genoux et aux abdominaux en cours de saison, n'a plus remporté de tournoi et aussi longtemps qu'il n'a plus battu un cador, perdant ses neuf dernières parties face à un joueur du Top 8.

Murray offensif

Il a connu un début de tournoi nettement plus compliqué que Murray, abandonnant deux sets en route alors que l'Ecossais n'en a perdu aucun. Malgré sept défaites en neuf confrontations jusque-là, Murray avançait comme léger favori dans ce quart de finale.

Il a été plus qu'à la hauteur de ce statut, en se montrant extrêmement solide dans les deux premiers sets, avant la fin de match tronquée.

Après avoir résisté à l'aggression initiale de Nadal, Murray a rapidement pris le dessus, en se montrant, comme promis, beaucoup plus offensif que par le passé. Dans le premier set, il a notamment écarté cinq balles de break sur sept en faisant service-volley, dont une fois sur deuxième balle.

Une tactique qu'il aurait été impossible à voir il y a quelques mois encore de la part de ce défenseur dans l'âme. Elle lui a permis aussi de survoler le tie-break du deuxième set où il a d'abord poussé trois fois Nadal à la faute en coup droit avant de terminer sur deux enchaînements service-volley.

Il a également fait jeu égal avec Nadal du fond du court en variant ses balles. Comme en plus il a régulièrement servi des aces à 215 km/h, sa victoire n'a jamais vraiment été contestée et fait de l'Ecossais, finaliste à l'US Open en 2008, un candidat brûlant à la victoire finale.

"Si je joue comme ce soir j'ai une bonne chance", a-t-il dit, désolé pour Nadal, son "joueur préféré".

Quant à Nadal, il est, après Djokovic l'année dernière, le deuxième tenant du titre de rang à s'incliner dès les quarts de finale.

Première publication : 26/01/2010

COMMENTAIRE(S)