Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Oubliés les brocards phallocrates !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Harry Potter a 20 ans ! Ses lecteurs sont toujours de grands enfants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Axel Bauer : trente ans de carrière en un best of

En savoir plus

FOCUS

Face à Trump, la gauche américaine se mobilise

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christian Prudhomme : "Le Tour de France est plus qu'une compétition cycliste"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Marie Cavada : "Sortons de la naïveté qui a permis aux nationalistes de prospérer"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 28/01/2010

Être Tamoul aujourd'hui

Il y a huit mois, l'armée sri-lankaise remportait une victoire militaire contre les Tigres tamouls. Aujourd'hui, alors que la guérilla n'existe plus, les Tamouls se sont-ils investis dans le jeu démocratique ? Comment défendent-ils leurs droits ? Rportage.

Il y a à peine un an, Killinochi, l’ancienne capitale des Tigres tamouls, était encore tenue par la guérilla. A cette époque, les 17 000 rebelles défiaient militairement le régime de Colombo et contrôlaient un quart du pays dont ils voulaient faire un état indépendant.

Aujourd’hui, c’est une ville fantôme où seuls les militaires patrouillent au milieu des ruines. Les civils ne sont toujours pas autorisés à revenir. Pas plus que les journalistes. Dès notre arrivée en ville, nous sommes arrêtés par la police militaire et nos autorisations de circuler dans le pays vérifiées. "Normalement, vous ne devriez pas être ici, on va vous prier de partir." Neuf mois après la fin de la guerre, les zones tenues par la guérilla restent fermées aux médias et aux observateurs étrangers.

Avec la disparition du mouvement armé, les représentants de la communauté tamoule s’interrogent sur les moyens de faire entendre la voix de la minorité. Pas d’autres choix que d’intégrer le jeu politique mais tous n’ont pas renoncé aux rêves d’autonomie. C’est d’ailleurs le droit à l’autodétermination que défend le seul candidat tamoul aux élections présidentielles, M.K. Shivajilingam : "Aujourd’hui la lutte armée est terminée mais le combat continue par des moyens démocratiques. Pourquoi n'obtiendrons-nous pas l’autonomie sur le modèle du Kosovo par exemple ?"

Une génération qui aspire à la paix

En campagne dans le centre du pays, dans la région des plantations de thé où la majorité des travailleurs sont Tamouls, M.K. Shivajilingam a pourtant bien du mal à faire passer son message auprès de Tamouls habitués à être exclus du jeu politique. "Nous, on s’abstient, c’est un moyen de montrer notre rejet, explique un homme. D’ailleurs, moi comme beaucoup de gens, je n’ai pas de carte d’identité."

La guérilla vaincue, plus personne au Sri Lanka ne parle de lutte armée. Et gare à ceux qui évoqueraient leur sympathie pour le combat des Tigres. Dans une chambre d’hôtel discrète, nous avons rendez-vous avec des jeunes tamouls qui dénoncent une chasse aux sorcières permanente depuis la fin de la guerre. "Ça, c’est le cas d’un homme enlevé il y a quelques mois dans une camionnette banalisée à Jaffna... On a fini par le retrouver enfermé dans une prison après avoir fait le tour de tous les commissariats. Il était simplement soupçonné de liens avec la guérilla mais il n’y avait ni charge, ni preuve contre lui. "

Selon eux, ces enlèvements sont le fait des groupes paramilitaires, proches des autorités. Une accusation que le gouvernement réfute mais les enquêtes aboutissent rarement. Mais pour ces jeunes, pas question de reprendre les armes. "Nous, notre génération, nous voulons alerter la communauté internationale et les Nations Unies pour qu’il fassent pression sur notre gouvernement. Avec notre stylo, pas avec les armes." Une lutte politique pour les droits des Tamouls qui est devenue le cheval de bataille de cette jeune génération. Elle n’a connu que la guerre, et n’aspire qu’à la paix.

 

 

Par Miyuki Droz ARAMAKI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/06/2017 Amériques

Face à Trump, la gauche américaine se mobilise

La gauche américaine est mobilisée comme elle l'a rarement été. Les militants démocrates ont décidé d'investir le terrain pour, selon eux, faire prendre conscience aux électeurs...

En savoir plus

23/06/2017 France

Réchauffement climatique : un danger pour le vin français

Le réchauffement climatique a un impact très concret sur le vin français. Les degrés en plus donnant un raisin plus sucré, qui à son tour produit du vin plus alcoolisé,...

En savoir plus

22/06/2017 Afrique

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

Depuis près de trois ans, le Soudan du Sud est touché par une guerre civile. Face aux violences et au manque de nourriture, beaucoup de Sud-Soudanais ont décidé de fuir. Près de...

En savoir plus

21/06/2017 Qatar

Crise diplomatique dans le Golfe : les raisons de la colère

Depuis le 5 juin, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, allié de l’Iran et accusé de "soutenir le...

En savoir plus

20/06/2017 FOCUS

À Mossoul, avec les troupes d’élite qui traquent l’EI maison par maison

Nous vous proposons un reportage exceptionnel tourné par Roméo Langlois et Amar Al Hameedawi, nos envoyés spéciaux en Irak. Notre équipe a pu suivre les forces d’élite irakiennes...

En savoir plus