Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/01/2010

Être Tamoul aujourd'hui

Il y a huit mois, l'armée sri-lankaise remportait une victoire militaire contre les Tigres tamouls. Aujourd'hui, alors que la guérilla n'existe plus, les Tamouls se sont-ils investis dans le jeu démocratique ? Comment défendent-ils leurs droits ? Rportage.

Il y a à peine un an, Killinochi, l’ancienne capitale des Tigres tamouls, était encore tenue par la guérilla. A cette époque, les 17 000 rebelles défiaient militairement le régime de Colombo et contrôlaient un quart du pays dont ils voulaient faire un état indépendant.

Aujourd’hui, c’est une ville fantôme où seuls les militaires patrouillent au milieu des ruines. Les civils ne sont toujours pas autorisés à revenir. Pas plus que les journalistes. Dès notre arrivée en ville, nous sommes arrêtés par la police militaire et nos autorisations de circuler dans le pays vérifiées. "Normalement, vous ne devriez pas être ici, on va vous prier de partir." Neuf mois après la fin de la guerre, les zones tenues par la guérilla restent fermées aux médias et aux observateurs étrangers.

Avec la disparition du mouvement armé, les représentants de la communauté tamoule s’interrogent sur les moyens de faire entendre la voix de la minorité. Pas d’autres choix que d’intégrer le jeu politique mais tous n’ont pas renoncé aux rêves d’autonomie. C’est d’ailleurs le droit à l’autodétermination que défend le seul candidat tamoul aux élections présidentielles, M.K. Shivajilingam : "Aujourd’hui la lutte armée est terminée mais le combat continue par des moyens démocratiques. Pourquoi n'obtiendrons-nous pas l’autonomie sur le modèle du Kosovo par exemple ?"

Une génération qui aspire à la paix

En campagne dans le centre du pays, dans la région des plantations de thé où la majorité des travailleurs sont Tamouls, M.K. Shivajilingam a pourtant bien du mal à faire passer son message auprès de Tamouls habitués à être exclus du jeu politique. "Nous, on s’abstient, c’est un moyen de montrer notre rejet, explique un homme. D’ailleurs, moi comme beaucoup de gens, je n’ai pas de carte d’identité."

La guérilla vaincue, plus personne au Sri Lanka ne parle de lutte armée. Et gare à ceux qui évoqueraient leur sympathie pour le combat des Tigres. Dans une chambre d’hôtel discrète, nous avons rendez-vous avec des jeunes tamouls qui dénoncent une chasse aux sorcières permanente depuis la fin de la guerre. "Ça, c’est le cas d’un homme enlevé il y a quelques mois dans une camionnette banalisée à Jaffna... On a fini par le retrouver enfermé dans une prison après avoir fait le tour de tous les commissariats. Il était simplement soupçonné de liens avec la guérilla mais il n’y avait ni charge, ni preuve contre lui. "

Selon eux, ces enlèvements sont le fait des groupes paramilitaires, proches des autorités. Une accusation que le gouvernement réfute mais les enquêtes aboutissent rarement. Mais pour ces jeunes, pas question de reprendre les armes. "Nous, notre génération, nous voulons alerter la communauté internationale et les Nations Unies pour qu’il fassent pression sur notre gouvernement. Avec notre stylo, pas avec les armes." Une lutte politique pour les droits des Tamouls qui est devenue le cheval de bataille de cette jeune génération. Elle n’a connu que la guerre, et n’aspire qu’à la paix.

 

 

Par Miyuki Droz ARAMAKI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/09/2014 Russie

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

Face à la puissance de feu russe dans l'Est, l'Ukraine s'est appuyée sur des bataillons de combattants non-professionnels. Malgré la signature d'un cessez-le-feu, certains...

En savoir plus

18/09/2014 Thaïlande

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

Les scandales qui ont émaillé l’actualité thaïlandaise ces derniers mois - un couple d'adoptants Australiens qui a refusé de prendre un enfant thaïlandais conçu par insémination...

En savoir plus

17/09/2014 Indépendance

Référendum en Écosse : le poids des indécis

À la veille du référendum sur l'indépendance de l’Écosse, le "oui" et le "non" sont toujours au coude-à-coude dans les sondages et un électeur sur dix se déclare encore indécis....

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

Alors que l'on a appris lundi que plus de 500 personnes sont portées disparues dans un naufrage au large de Malte, notre reporter vous emmène sur la trace de ces milliers de...

En savoir plus

15/09/2014 Organisation de l'État islamique

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

À Arsal, ville libanaise à deux pas de la frontière syrienne, la situation est devenue intenable. Dans cette cité de 35 000 habitants, les autorités doivent gérer l'afflux de...

En savoir plus