Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 28/01/2010

Pékin utilise les internautes contre la corruption locale

La Chine est connue pour censurer Internet, mais Pékin sait également comment s’en servir à son avantage. Le pouvoir fait appel aux internautes, encourageant les citoyens à dénoncer leurs responsables locaux corrompus.

A 58 ans, Wang Peirong a sacrifié sa carrière d’enseignant pour lutter en solo contre la corruption. Depuis 2000, ce professeur d’ingénierie à l’université de Xuzhou (est) rassemble des preuves et les met en ligne sur son blog. L’année dernière, Il a ainsi provoqué l’arrestation d’un dirigeant de sa ville, entretenant une demi-douzaine de maîtresses avec de l’argent détourné. "Il n’y a pas d’espace pour parler de la corruption, car les corrompus nous empêchent de parler. Avec Internet, on peut toucher les gens et contourner leur censure."

En quelques années, Wang est devenu une personnalité sur le Web chinois. Le gouvernement l’a repéré, et il vient d’être nominé pour le Prix de la justice 2009 par le parquet populaire suprême. C’est que Pékin a lancé depuis 2007 une campagne pour encourager les internautes à exprimer leur plainte contre la corruption. Un site dédié a même été créé. "C’est une sorte de démocratisation de l’Internet, explique Pu Xingzu, professeur de politique à l’université Fudan de Shanghaï. Car cette politique donne enfin au peuple un canal pour exprimer les frustrations de tous sur la corruption des dirigeants."

Démocratie sur Internet… L’expression fait encore sourire les blogueurs et autres libres-penseurs de la Toile chinoise. Articles supprimés, sites bloqués, il reste impossible de dénoncer librement la corruption des autorités. Le site du gouvernement est du coup souvent jugé inefficace.

Mais pire encore, les gouvernements locaux critiqués par les internautes peuvent toujours se venger. Wang Peirong en a fait les frais. Il n’a plus le droit d’enseigner et il se fait régulièrement agresser par les hommes des autorités. "Ils n’ont aucun moyen de me poursuivre en justice, déclare Wang Peirong, fataliste. Car mon rapport s’appuie sur les faits. Je pourrais révéler des choses compromettantes, ils n’osent pas m’attaquer publiquement. Ils utilisent donc des méthodes mafieuses, en s’en prenant à moi ou à ma famille."


 

Par Pierre Cheminat , Joris Zylberman

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/04/2017 Russie

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

Direction la Tchétchénie, cette petite République russe à majorité musulmane. Depuis plusieurs semaines, des journalistes indépendants et des ONG dénoncent une campagne de...

En savoir plus

25/04/2017 Amériques

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

Pour combattre l'immigration clandestine, Donald Trump a entrepris de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique, pays qu’il accuse d’être à l’origine du problème....

En savoir plus

24/04/2017 Kenya

Kenya : quand la sécheresse entraîne la violence

Au Kenya, la sécheresse fait rage. Trois comtés du pays sont particulièrement secoués : Samburu, Baringo et Laikipia. Des éleveurs nomades se sont lancés dans un véritable...

En savoir plus

21/04/2017 Planète

Précarité énergétique : quand se chauffer coûte trop cher

Le phénomène de précarité énergétique toucherait plus de 10 millions de personnes en France. Des familles qui sacrifient leur confort, et parfois leur santé, en ne se chauffant...

En savoir plus

20/04/2017 Canada

Canada : le grand Nord, terre de toutes les convoitises

Le Grand nord suscite toujours plus de convoitises, notamment pour ses réserves en minerais et en hydrocarbures. Un territoire austère, où les températures avoisinent parfois les...

En savoir plus