Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 28/01/2010

Pékin utilise les internautes contre la corruption locale

La Chine est connue pour censurer Internet, mais Pékin sait également comment s’en servir à son avantage. Le pouvoir fait appel aux internautes, encourageant les citoyens à dénoncer leurs responsables locaux corrompus.

A 58 ans, Wang Peirong a sacrifié sa carrière d’enseignant pour lutter en solo contre la corruption. Depuis 2000, ce professeur d’ingénierie à l’université de Xuzhou (est) rassemble des preuves et les met en ligne sur son blog. L’année dernière, Il a ainsi provoqué l’arrestation d’un dirigeant de sa ville, entretenant une demi-douzaine de maîtresses avec de l’argent détourné. "Il n’y a pas d’espace pour parler de la corruption, car les corrompus nous empêchent de parler. Avec Internet, on peut toucher les gens et contourner leur censure."

En quelques années, Wang est devenu une personnalité sur le Web chinois. Le gouvernement l’a repéré, et il vient d’être nominé pour le Prix de la justice 2009 par le parquet populaire suprême. C’est que Pékin a lancé depuis 2007 une campagne pour encourager les internautes à exprimer leur plainte contre la corruption. Un site dédié a même été créé. "C’est une sorte de démocratisation de l’Internet, explique Pu Xingzu, professeur de politique à l’université Fudan de Shanghaï. Car cette politique donne enfin au peuple un canal pour exprimer les frustrations de tous sur la corruption des dirigeants."

Démocratie sur Internet… L’expression fait encore sourire les blogueurs et autres libres-penseurs de la Toile chinoise. Articles supprimés, sites bloqués, il reste impossible de dénoncer librement la corruption des autorités. Le site du gouvernement est du coup souvent jugé inefficace.

Mais pire encore, les gouvernements locaux critiqués par les internautes peuvent toujours se venger. Wang Peirong en a fait les frais. Il n’a plus le droit d’enseigner et il se fait régulièrement agresser par les hommes des autorités. "Ils n’ont aucun moyen de me poursuivre en justice, déclare Wang Peirong, fataliste. Car mon rapport s’appuie sur les faits. Je pourrais révéler des choses compromettantes, ils n’osent pas m’attaquer publiquement. Ils utilisent donc des méthodes mafieuses, en s’en prenant à moi ou à ma famille."


 

Par Pierre Cheminat , Joris Zylberman

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/10/2014 Tunisie

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En Tunisie se tiennent ce dimanche les élections législatives. C’est l’occasion de poser notre regard sur le visage de la Tunisie contemporaine.

En savoir plus

22/10/2014 Inde

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En Inde, dans l'État du Jarkand, les déchets radioactifs de plusieurs mines d'extraction d'uranium mettent en danger la population locale. Selon les activistes locaux, les...

En savoir plus

21/10/2014 Londres

Londres, capitale des ultra-riches

Selon la société de conseil en immobilier Savills, Londres est devenue la ville la plus chère au monde pour vivre et travailler, détrônant Hong Kong qui occupait la première...

En savoir plus

20/10/2014 Kurdes

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

Le siège de Kobané par l'organisation de l'État islamique affecte la Turquie. Les Kurdes en veulent à Ankara après sa décision de ne pas intervenir dans cette ville, facilitant...

En savoir plus

16/10/2014 Hong Kong

Hong Kong : Pékin tente de neutraliser les aspirations démocrates

La "révolution des parapluies" a commencé voilà trois semaines à Hong Kong. Les manifestants sont certes moins nombreux qu'au début du mouvement, mais les plus déterminés...

En savoir plus