Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Economie

Les banques profitent de Davos pour répondre à Obama

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/01/2010

Les cimes enneigées entourant Davos ont donné de la hargne aux banquiers qui, réunis au Forum économique mondial, ont qualifié tour à tour de "populistes" et de "faciles" les propos du président Barack Obama appelant à réguler la finance.

REUTERS - Des dirigeants de Wall Street ont choisi le Forum économique mondial de Davos pour riposter à la volonté affichée du président américain Barack Obama de durcir la réglementation bancaire, tout en mettant en doute sa capacité à transformer cette volonté en texte de loi.

Dans son premier discours sur l'état de l'Union prononcé mercredi soir à Washington, Barack Obama a choisi de mettre en avant la lutte contre le chômage et a réaffirmé sa volonté de réformer le système de santé américain.

Critiquant une nouvelle fois les "mauvais comportements" de Wall Street, qu'il accuse d'avoir provoqué la crise, Barack Obama a appelé le Congrès à adopter de nouvelles lois sur la régulation financière en dépit des efforts de lobbying du secteur.

A Davos, Howard Lutnick, directeur général de la banque d'investissement Cantor Fitzgerald, a déclaré à Reuters que le président des Etats-Unis s'engageait dans "une bataille populiste contre les banques".
"C'est facile de s'en prendre aux banques quand on n'arrive pas à progresser sur la santé", a-t-il ajouté.

Barack Obama avait inquiété les marchés le 21 janvier en prononçant un discours très offensif sur la régulation financière, menaçant d'obliger les banques de dépôt à rompre les liens avec les "hedge funds" et le capital-investissement ou à cesser les opérations financières pour compte propre.
Il avait auparavant annoncé la création d'une taxe spécifique sur les banques pour combler les pertes creusées par les aides publiques au secteur.

Dans son discours de mercredi, il a déclaré: "Ça ne m'intéresse pas de punir les banques, ce qui m'intéresse, c'est de protéger notre économie."

"TOUT CE QUI TOUCHE A LA REGULATION EST PREOCCUPANT"

Interrogé sur les projets de la Maison blanche, Howard Lutnick a répondu: "Comme tout ce qui touche à la régulation, c'est préoccupant parce qu'on ne sait pas s'il ne s'agit pas d'un char qui tire dans toutes les directions."

"C'est simple: c'est très populaire de taper sur les banques, mais cela revient à ignorer que les banques sont le principal moteur de l'économie, qu'elles apportent des liquidités et des financements pour que les gens puissent faire croître leur activité, et si l'on passe son temps à les embêter, elles vont être handicapées", a-t-il ajouté.

John Studzinski, responsable du comité de conseil du groupe de capital-investissement Blackstone <BX.N>, a pour sa part mis en doute la capacité de Barack Obama à transcrire dans la loi ses propositions.

"Le diable est dans les détails", a-t-il dit à Reuters. "Nous n'avons pour l'instant eu vent d'aucun détail. La mise en application joue un rôle important dans l'affaire."

"Le marché est sans doute soulagé de constater qu'il n'a pas lancé une nouvelle attaque nucléaire contre Wall Street", a-t-il ajouté.

"La diatribe contre Wall Street va continuer mais au bout du compte, si cela fait de bons titres dans la presse, je ne suis pas sûr que l'Américain moyen se préoccupe de Wall Street: il se préoccupe de son propre emploi et de sa propre dignité."

Première publication : 28/01/2010

COMMENTAIRE(S)