Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Pendaison de deux opposants ayant participé aux manifestations de juin

Vidéo par Delphine MINOUI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 28/01/2010

Ce sont les premières exécutions d'opposants depuis le début de la crise déclenchée par la réélection du président Ahmadinejad. Selon le procureur de Téhéran, neuf autres manifestants condamnés à mort attendent une décision de la cour d'appel.

Les autorités iraniennes ont pendu, jeudi, deux monarchistes accusés d’avoir cherché à renverser la République islamique. Il s’agit des premières exécutions d'opposants depuis la crise politique provoquée par la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad, en juin dernier.

"Avec ces pendaisons, Téhéran envoie un message clair de mise en garde aux opposants iraniens", indique à FRANCE 24 Delphine Minoui, la correspondante du "Figaro" au Moyen-Orient. Selon un communiqué officiel, la justice iranienne les a condamnés pour être des ennemis de Dieu ("mohareb").

Arrêtés lors des violentes émeutes qui ont suivi la victoire contestée de Mahmoud Ahmadinejad à l'élection présidentielle, les deux hommes ont été jugés en octobre dernier lors de la série de procès d'opposants et de manifestants organisée après les événements de juin. Selon des chiffres officiels, plus de 4 000 arrestations ont eu lieu pendant et après les mouvements de contestation. Si la plupart des personnes interpellées ont été relâchées, au moins 140 ont déjà été jugés et condamnés, pour la majorité d’entre eux, à des peines de prison.

Exécutions "ignobles"

Le procureur de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi, a déclaré à la télévision d'État que les deux condamnés à mort appartenaient au "groupe monarchiste Tondar", l'Assemblée du royaume d'Iran.

"Ces opposants politiques appartenaient à deux organisations basées à l'étranger, ce qui permet aux autorités iraniennes d'étayer la thèse d'un mouvement d'opposition dirigé depuis l'extérieur de l'Iran", explique Delphine Minoui.

Ces pendaisons "ignobles" de deux monarchistes en Iran sont "une nouvelle poussée de la cruauté et de la sauvagerie du régime barbare", dénonce la présidente de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, dans un communiqué adressé au Conseil de l'Europe, à Strasbourg.

L'exécution des deux monarchistes intervient à moins de deux semaines du 31e anniversaire de la Révolution islamique, le 11 février, où "de grandes manifestations politiques sont à nouveau prévues", rappelle Delphine Minoui.

 

 

Première publication : 28/01/2010

COMMENTAIRE(S)