Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

Amériques

Ben Bernanke reconduit à la tête de la banque centrale américaine

Vidéo par Sonia DRIDI , Luke BROWN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2010

Par 70 voix contre 30, les sénateurs américains ont accordé à Ben Bernanke un deuxième mandat de quatre ans à la tête de la banque centrale des États-Unis (Fed).

AFP - Ben Bernanke a été reconduit jeudi à la tête de la banque centrale américaine (Fed) pour un deuxième mandat de quatre ans, avec le soutien d'une partie de l'opposition républicaine, après quelques jours d'incertitude et de tensions sur les marchés financiers.

Les sénateurs ont finalement approuvé la reconduction de M. Bernanke, 56 ans, à la tête de la banque centrale par 70 voix contre 30.

"Je me félicite du vote (...) du Sénat pour confirmer la nomination de Ben Bernanke à un autre mandat à la tête de la réserve fédérale", a écrit jeudi soir le président Barack Obama dans un communiqué ajoutant que celui-ci avait fait preuve de "sagesse et de fermeté au milieu de la crise économique et financière".

L'actuel mandat de M. Bernanke, nommé par le président George W. Bush, expire le 31 janvier.

M. Bernanke a bénéficié jeudi des voix d'une partie de l'opposition républicaine (22 sénateurs sur 40).

En revanche, 11 démocrates ont refusé de cautionner le choix du président Obama, annoncé le 25 août, de reconduire M. Bernanke.

Parmi ces derniers, Russ Feingold, Barbara Boxer, Jeff Merkley, reprochent à M. Bernanke d'être trop étroitement lié à Wall Street.

Le sénateur indépendant Bernie Sanders qui a mené l'opposition à M. Bernanke a répété jeudi que le président de la Fed s'était "endormi aux commandes". M. Sanders a réagi au vote de jeudi en affirmant que les 30 "non" constituent un record en terme d'opposition à un président de la Fed au Sénat.

Par comparaison, Paul Volcker avait été confirmé par le Sénat en 1983 par 84 voix contre 16.

"L'opposition historique à Bernanke devrait aussi persuader la Fed de prendre au sérieux sa responsabilité de promouvoir le plein emploi", a estimé le sénateur Sanders.

Le désaccord au sein de la majorité s'explique en partie par le fait que les démocrates du Sénat, qui ont perdu une élection partielle sénatoriale qui va les dépouiller de leur "supermajorité" antiblocage de 60 sièges, se sentent menacés à l'approche des élections parlementaires de mi-mandat qui doivent avoir lieu en novembre 2010.

L'influent président de la commission Bancaire du Sénat, Chris Dodd, a pour sa part défendu la reconduction de M. Bernanke. "Au cours de l'année dernière, la présidence de Ben Bernanke a largement contribué à éviter une catastrophe dans ce pays qui aurait pu prendre des proportions telles que celles de la crise des années 1930", a dit l'élu, qui ne se représente pas aux élections de novembre.

Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner s'est réjoui jeudi de la reconduction de M. Bernanke. "Le Sénat a agi comme il convenait d'agir. Le président Bernanke va continuer de jouer un rôle d'une importance vitale en guidant l'économie du pays", a indiqué M. Geithner dans un communiqué.

La Fed est en principe un organisme indépendant du pouvoir exécutif.

Mais l'ampleur de la crise financière et économique a conduit le gouvernement et la Fed à travailler main dans la main, au point que certains dirigeants de la banque centrale s'en sont émus à plusieurs reprises.

Plusieurs parlementaires se sont inquiétés récemment du flou causé par la crise sur ce point mais d'autres, assez nombreux, cherchent au contraire à imposer à la Fed un contrôle accru.

Avec le pilotage de la sortie de crise, la défense de l'indépendance de la Fed s'annonce comme un des principaux défis de M. Bernanke à l'aube de son nouveau mandat.
 

Première publication : 29/01/2010

COMMENTAIRE(S)