Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

EUROPE

À Paris, Hillary Clinton réaffirme l'intérêt américain pour la sécurité européenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2010

Près d'un an après la réintégration de la France dans le commandement militaire de l'Otan, Hillary Clinton, en visite à Paris, s'est employée à redéfinir le cadre de la politique américaine sur le Vieux Continent.

AFP - La sécurité de l'Europe "est une pierre angulaire de la politique étrangère américaine", a réaffirmé vendredi à Paris la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, dans un discours visant aussi à rassurer la Russie et appelant l'Otan à se préparer aux "nouvelles menaces".

La diplomate en chef du président Barack Obama a énoncé les "principes centraux" de Washington pour revivifier l'Alliance atlantique, quelques mois après que la France en a pleinement réintegré les structures de commandement.

Mme Clinton a réiteré l'opposition de l'Amérique à l'independance des deux provinces séparatistes de Georgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, au nom de "la souveraineté et l'intégrité territoriale de chaque Etat", érigée en premier "principe".

Mais Washington "ne cherche pas a créer des divisions entre voisins et partenaires", a-t-elle ajouté à l'intention de Moscou. "Il n'y a qu'une Europe", a-t-elle lancé à son auditoire composé d'experts et de diplomates à l'Ecole militaire de Paris: "Une Europe partenaire des Etats-Unis, et une Europe qui inclut la Russie".

Assurant que la controversée défense antimissile "rendra le continent plus sûr", elle a estimé que "cette securité pourrait s'étendre à la Russie, si la Russie décide de coopérer avec nous".

Mais plutôt que d'entériner l'offre russe d'un nouveau traité sur la sécurité européenne, qui lancerait "un processus long et compliqué", Mme Clinton a jugé que l'objectif d'une "sécurité indivisible" du continent pouvait être atteint "dans le contexte des institutions existantes, l'OSCE et l'Otan".

Cette dernière doit évoluer pour affronter les menaces du XXIe siecle, a plaidé la secrétaire d'Etat, énumérant "le terrorisme nucléaire, le cyber-terrorisme, le changement du climat", ainsi que "les réseaux mafieux trafiquant les armes, la drogue et les êtres humains".

L'Otan a engagé une revision stratégique devant aboutir a la fin de l'année.

L'Amerique maintiendra quoi qu'il arrive, a-t-elle insisté, "un engagement inébranlable" envers l'article 5 du traité de l'Otan, au nom duquel une attaque visant un membre de l'Otan est considérée comme une attaque contre tous.

A Paris, Mme Clinton a eu vendredi un entretien avec le président Nicolas Sarkozy et devait rencontrer en fin de journée son homologue Bernard Kouchner.
 

Première publication : 29/01/2010

COMMENTAIRE(S)