Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Economie

Les ventes de Windows 7 dopent les résultats de Microsoft

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2010

Le numéro 1 mondial des logiciels, l'américain Microsoft, annonce un bénéfice net de 6,7 milliards de dollars pour son deuxième trimestre fiscal. Les ventes de Windows 7 seraient à l'origine d'une hausse de 60 % des résultats de l'entreprise.

REUTERS - Microsoft a fait état jeudi d'un bond de 60% de son résultat au titre de son deuxième trimestre fiscal, porté par les ventes de son système d'exploitation Windows 7 et a dit s'attendre à une reprise des investissements technologiques cette année.

Le numéro un mondial des logiciels affiche un bénéfice net de 6,7 milliards de dollars, ou 74 cents par action pour le trimestre clos fin décembre, contre 4,2 milliards de dollars ou 47 cents par titre au deuxième trimestre de l'exercice 2008-2009.

Les analystes attendaient 59 cents par action, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

En après-Bourse, l'action gagnait 1% et se traitait à 29,42 dollars après avoir fini à 29,16 dollars, en recul de 1,72%.

Les analystes expliquent cette réaction mitigée en partie à la forte hausse du titre qui avait précédé le lancement de Windows 7 en octobre.

"Qu'on ne s'y trompe pas, les résultats produits par Microsoft ont été très bons", explique Andy Miedler, analyste chez Edward Jones. "Les attentes avaient été revues à la hausse ces dernières semaines compte tenu des livraisons de PC au quatrième trimestre et des bons chiffres d'Intel."

D'autres ont souligné la confusion qui a pu ressortir des résultats dans la mesure où Microsoft inclut les effets du chiffre d'affaires différé tiré des pré-ventes de Windows 7 aux fabricants de PC et aux distributeurs.

Hors cet élément exceptionnel, le bénéfice par action s'affiche à 60 cents.

 

CHIFFRE D'AFFAIRES ACCRU DE 14%

Microsoft a cessé de donner des prévisions de profit et de chiffre d'affaires en janvier dernier, en mettant en avant la volatilité des marchés.

"Nous n'avons pas constaté de croissance des dépenses des entreprises lors de notre deuxième trimestre fiscal, qui vient de se terminer", a déclaré à Reuters le directeur financier du groupe Peter Klein.

"Toutefois, nous sommes d'avis qu'une reprise se produira à partir de cette année calendaire et peu à peu au fil des prochaines années", a-t-il ajouté.

Le chiffre d'affaires du géant de Redmond a augmenté de 14% à 19,02 milliards, dont 1,7 milliard de dollars de chiffre d'affaires différé du lancement de Windows 7. Hors cet élément, les facturations se sont montées à 17,31 milliards de dollars.

Windows 7 s'est révélé être le système d'exploitation de Microsoft qui s'est le mieux vendu jusqu'ici après la déception causée par Vista.
Les résultats publiés jeudi sont meilleurs que prévu, estime Jane Snorek, analyste chez First American Funds, tout en soulignant la faible réaction de l'action dans les transactions hors marché.

"L'an dernier, l'action a beaucoup surperformé. Nombreux sont ceux qui pensent que l'action a déjà fait son parcours", explique-t-elle. "Mais, avec des PC qui vont aussi bien et le nouvel Office qui va sortir en juin, l'action peut encore surperformer. Office peut être un grand succès."

L'action Microsoft a gagné 62% au cours des 12 derniers mois, à comparer à un gain de 40% pour le Nasdaq.

Les grands groupes technologiques comme IBM, Google et Apple ont tous battu le consensus de Wall Street ce trimestre, mais leur cours de Bourse n'a que peu réagi.

Première publication : 29/01/2010

COMMENTAIRE(S)