Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président limoge 12 militaires hauts gradés qu'il soupçonne de vouloir le renverser

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2010

Tout juste réélu à la tête du pays, le président sri-lankais Mahinda Rajapakse a limogé douze hauts gradés militaires, craignant qu'ils ne cherchent à le renverser. Cinq d'entre eux sont accusés d'avoir joué un rôle "politique" pendant la campagne.

AFP - Le président du Sri Lanka a limogé lundi douze hauts gradés militaires en raison de craintes d'un coup d'Etat après l'élection présidentielle la semaine dernière, a-t-on appris de source militaire.

Ces limogeages concernent notamment trois généraux de division et deux généraux de brigade accusés d'avoir joué un rôle "politique" lors de la campagne électorale avant le scrutin de mardi dernier qui a conduit à la réélection du président sortant, Mahinda Rajapakse, selon cette source.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense a confirmé qu'un nombre non précisé de hauts gradés militaires avaient été mis "à la retraite obligatoire" parce qu'ils étaient considérés comme "une menace à la sécurité nationale".

Au terme d'une bataille acharnée qui s'est déroulée dans un climat de tension extrême, Mahinda Rajapakse, à la tête du pays depuis 2005, a été réélu avec une confortable majorité de 57,9% tandis que son principal adversaire, l'ancien chef des armées, Sarath Fonseka, a recueilli 40,1% des voix.

 

Première publication : 01/02/2010

  • SRI LANKA

    Le président appelle au calme à la veille d'une présidentielle tendue

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Deux chefs de guerre se disputent la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)