Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Afrique

Les Shebab font officiellement allégeance à Al-Qaïda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2010

Le mouvement islamiste des Shebab annonce dans un communiqué s'être allié à un autre groupe rebelle appelé Kamboni. Ensemble, ils ont "décidé de rejoindre le djihad international d’Al-Qaïda", précisent les islamistes.

REUTERS - Le mouvement islamiste somalien Al Chabaab a conclu une alliance avec un autre groupe rebelle, Kamboni, implanté dans le sud du pays, et a prêté officiellement allégeance à la mouvance Al Qaïda dans sa “guerre sainte”.

La Somalie n’a plus de véritable gouvernement central depuis vingt ans et se trouve plongée dans une anarchie sanglante dont cherchent à profiter factions politiques rivales, extrémistes religieux, bandes criminelles, pirates de l’océan Indien et du golfe d’Aden.

Dans un communiqué daté de vendredi dernier et dont Reuters a obtenu lundi une copie, le groupe Al Chabaab (“La Jeunesse”, en arabe), annonce s’être allié avec la milice rebelle Kamboni, basée à Kismayo, un port du sud du pays.

“Nous avons décidé de rejoindre le Djihad nternational d’Al Qaïda (...) Nous avons également décidé d’unir les moudjahidine (combattants) d’Al Chabaab et de Kamboni pour libérer l’Est et la corne de l’Afrique actuellement sous le joug de chrétiens minoritaires”, précise ce communiqué.

“Nous nous sommes unis pour renforcer la force militaire, les ressources économiques et politiques de nos moudjahidine afin de mettre fin à la guerre voulue par les colonisateurs et de prévenir les attaques des chrétiens qui ont envahi notre pays.”

Le terme de “chrétiens” fait probablement référence aux troupes éthiopiennes qui sont intervenues en Somalie fin 2006 pour chasser de Mogadiscio le régime des “tribunaux islamiques”, ainsi qu’aux soldats ougandais et burundais de la force de paix de l’Amisom actuellement déployée à Mogadiscio.

Tirs d’artillerie à Mogadiscio

Ce communiqué est apparemment dû à plusieurs dirigeants rebelles comme Cheikh Hassan Turki, chef de la milice Kamboni, et le numéro un d’Al Chabaab, Ahmed Abdi Godane.

Selon les spécialistes de la région, les effectifs d’Al Chabaab s’élèvent à 5.000 hommes, ceux de la milice Kamboni à quelques centaines de combattants.

Dans la nuit de dimanche à lundi, au moins 16 personnes ont été tuées et 70 autres blessées dans la capitale Mogadiscio, où l’armée a riposté à des tirs de mortiers sur le palais présidentiel.

La violence politique et religieuse en Somalie a fait 21.000 morts et un million et demi de personnes déplaceés en trois ans.

Le ministre somalien des Affaires étrangères, Ali Jama Jangeli, a demandé vendredi lors d’un sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, le renforcement de la mission de l’UA en Somalie.

Ses homologues kényan et soudanais l’ont soutenu dans cet appel que Djibouti avait précédé en annonçant le déploiement de 450 soldats.

Dimanche, un porte-parole d’Al Chabaab, Cheikh Ali Mohamoud Rage, a invité Djibouti à revoir sa décision.

La force africaine de maintien de la paix en Somalie est constituée de 5.000 soldats ougandais et burundais sous-équipés, dont les moyens sont trop faibles pour assurer efficacement la sécurité.
 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)