Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Italie : l'alliance qui fait trembler l'Europe

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Microfinance : on ne prête qu’aux pauvres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Yves Duteil : avec "Respect", le poète chanteur signe son grand retour

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

L’invité du jour

Nadège Beausson-Diagne : "Nous sommes Noires avant d'être nous"

En savoir plus

FOCUS

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Italie : un programme qui entend mettre fin à "l'austérité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La fête est finie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "best of" du Festival de Cannes

En savoir plus

FRANCE

Les six accusés du procès du crash du Concorde

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/02/2010

Six prévenus devront répondre de leur responsabilité dans le crash d'un Concorde, le 25 juillet 2000, sur un hôtel de Gonesse. Ils sont accusés d'homicide involontaire.

  • Continental Airlines. Selon les conclusions du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), la catastrophe a été provoquée par une lamelle en titane perdue par un DC10 de la compagnie américaine qui avait décollé de Roissy juste avant le Concorde. Celle-ci nie toute responsabilité dans l'accident et maintient que le supersonique d'Air France était en feu avant d'avoir roulé sur la lamelle.

   

  • John Taylor, 41 ans. Cet employé de la compagnie Continental Airlines est accusé d’avoir mal fabriqué et fixé la lamelle

  

  • Stanley Ford, 70 ans. Supérieur hiérarchique de John Taylor, il lui est reproché de ne pas avoir vérifié le travail de ce dernier.

 

  • Henri Perrier, 80 ans, et Jacques Herubel, 74 ans. Ces deux anciens dirigeants du programme Concorde chez le constructeur Aérospatiale sont poursuivis pour ne pas avoir cherché à renforcer la protection des réservoirs.

 

  •  Claude Frantzen, 72 ans. On reproche à cet ancien responsable à la Direction générale de l'aviation civile (1970-1994) d'avoir sous-estimé les incidents passés dans l’historique de l’avion.

 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)