Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

FRANCE

Les six accusés du procès du crash du Concorde

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/02/2010

Six prévenus devront répondre de leur responsabilité dans le crash d'un Concorde, le 25 juillet 2000, sur un hôtel de Gonesse. Ils sont accusés d'homicide involontaire.

  • Continental Airlines. Selon les conclusions du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), la catastrophe a été provoquée par une lamelle en titane perdue par un DC10 de la compagnie américaine qui avait décollé de Roissy juste avant le Concorde. Celle-ci nie toute responsabilité dans l'accident et maintient que le supersonique d'Air France était en feu avant d'avoir roulé sur la lamelle.

   

  • John Taylor, 41 ans. Cet employé de la compagnie Continental Airlines est accusé d’avoir mal fabriqué et fixé la lamelle

  

  • Stanley Ford, 70 ans. Supérieur hiérarchique de John Taylor, il lui est reproché de ne pas avoir vérifié le travail de ce dernier.

 

  • Henri Perrier, 80 ans, et Jacques Herubel, 74 ans. Ces deux anciens dirigeants du programme Concorde chez le constructeur Aérospatiale sont poursuivis pour ne pas avoir cherché à renforcer la protection des réservoirs.

 

  •  Claude Frantzen, 72 ans. On reproche à cet ancien responsable à la Direction générale de l'aviation civile (1970-1994) d'avoir sous-estimé les incidents passés dans l’historique de l’avion.

 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)