Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

FRANCE

Les six accusés du procès du crash du Concorde

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/02/2010

Six prévenus devront répondre de leur responsabilité dans le crash d'un Concorde, le 25 juillet 2000, sur un hôtel de Gonesse. Ils sont accusés d'homicide involontaire.

  • Continental Airlines. Selon les conclusions du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), la catastrophe a été provoquée par une lamelle en titane perdue par un DC10 de la compagnie américaine qui avait décollé de Roissy juste avant le Concorde. Celle-ci nie toute responsabilité dans l'accident et maintient que le supersonique d'Air France était en feu avant d'avoir roulé sur la lamelle.

   

  • John Taylor, 41 ans. Cet employé de la compagnie Continental Airlines est accusé d’avoir mal fabriqué et fixé la lamelle

  

  • Stanley Ford, 70 ans. Supérieur hiérarchique de John Taylor, il lui est reproché de ne pas avoir vérifié le travail de ce dernier.

 

  • Henri Perrier, 80 ans, et Jacques Herubel, 74 ans. Ces deux anciens dirigeants du programme Concorde chez le constructeur Aérospatiale sont poursuivis pour ne pas avoir cherché à renforcer la protection des réservoirs.

 

  •  Claude Frantzen, 72 ans. On reproche à cet ancien responsable à la Direction générale de l'aviation civile (1970-1994) d'avoir sous-estimé les incidents passés dans l’historique de l’avion.

 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)