Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

FRANCE

Les six accusés du procès du crash du Concorde

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/02/2010

Six prévenus devront répondre de leur responsabilité dans le crash d'un Concorde, le 25 juillet 2000, sur un hôtel de Gonesse. Ils sont accusés d'homicide involontaire.

  • Continental Airlines. Selon les conclusions du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), la catastrophe a été provoquée par une lamelle en titane perdue par un DC10 de la compagnie américaine qui avait décollé de Roissy juste avant le Concorde. Celle-ci nie toute responsabilité dans l'accident et maintient que le supersonique d'Air France était en feu avant d'avoir roulé sur la lamelle.

   

  • John Taylor, 41 ans. Cet employé de la compagnie Continental Airlines est accusé d’avoir mal fabriqué et fixé la lamelle

  

  • Stanley Ford, 70 ans. Supérieur hiérarchique de John Taylor, il lui est reproché de ne pas avoir vérifié le travail de ce dernier.

 

  • Henri Perrier, 80 ans, et Jacques Herubel, 74 ans. Ces deux anciens dirigeants du programme Concorde chez le constructeur Aérospatiale sont poursuivis pour ne pas avoir cherché à renforcer la protection des réservoirs.

 

  •  Claude Frantzen, 72 ans. On reproche à cet ancien responsable à la Direction générale de l'aviation civile (1970-1994) d'avoir sous-estimé les incidents passés dans l’historique de l’avion.

 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)