Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Culture

Les Soviets chez Tintin

©

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 02/02/2010

La BD russe fait sa Perestroïka au festival d’Angoulême, qui a invité huit jeunes auteurs à plancher sur leur passé soviétique. Rencontre à l’exposition "Né(e) en URSS" avec un "mauvais genre" que Staline aurait aimé éliminer.

L’anecdote est savoureuse. C’est Francis Groux, le fondateur du festival d’Angoulême, qui la raconte lors de l’exposition "Nés en URSS". En 1977, il souhaite faire venir au festival le dessinateur russe Youri Lobatchev, dont la revue "Gavroche" a publié la BD "Princesse Thanit". Il adresse donc une très officielle demande à Moscou, qui répond non moins officiellement : "La bande dessinée n’existant pas en Union soviétique, M. Lobatchev est dans l’impossibilité de se rendre à votre festival."

Un passé refoulé

Art bourgeois, occidental et anti-révolutionnaire, la BD a toujours été un "mauvais genre" en URSS, au point qu’on a nié son existence et fait taire ses auteurs. Boris Antonovsky par exemple, précurseur de la caricature dans les années 1920 avec "Les aventures de Yevlmpi Nadkin", sera éliminé : le pouvoir n’aime pas qu’on raconte le quotidien russe de manière satirique. Même "Vaillant", la revue de BD du Parti communiste français, est interdit jusqu’en 1966. Il n’y a d’ailleurs pas de mot en russe pour désigner le 9e art, qui utilise "Комикс", la traduction de l’anglais "comics", rajoutant à l’infamie du genre.

"C’était comme le sexe, ça n’existait pas", explique Polina Petrouchina, auteur et commissaire de l’exposition "Etre né(e) en URSS" présentée au 37e festival d’Angoulême. Un thème idéal pour cette "génération Perestroïka", comme l’appelle Polina Petrouchina, de jeunes auteurs nés dans les années 1980, au moment du délitement du régime soviétique. Elle "trouve qu’on est dans une période en Russie où on fait comme si rien ne s’était passé" et propose de dessiner ce que la Russie actuelle refoule et refuse de voir : son récent passé soviétique.

Homo sovieticus, "Pravda" et sabotages

Née à Moscou en 1985, Polina Petrouchina a connu les files d’attente devant des magasins vides, ce qu’elle évoque dans "Papa et moi", terrible visite chez une dentiste patibulaire - "superbe specimen d’homo sovieticus" - et "plongeon dans l’atmosphère absurde et grise d’une enfance soviétique" (voir vidéo ci-dessous).

Varvara Pomidor, elle, raconte ce passé en s’imaginant découvrir, au fond du jardin d’une datcha, une cabane tapissée de coupures de journaux de son enfance. Mélange de collages et d’art graphique, "Pravda" - le nom de l’ancien journal officiel du Parti communiste - est un retour fantasmé sur les évènements de la vie officielle de l’URSS dans les années 1970.

"Le Saboteur" de V. Lomasko et A. Nikolaïev est l’histoire de Youssoukov, un ado qui décide de saboter tout ce qui l’entoure, jusqu’à faire exploser "le monument historique principal de la ville". Une manière d’évoquer en réalité les procès de Moscou de 1936-1938, qui dénonçaient les sabotages trotskistes, avec un trait influencé par le comic-book américain.

Entre le marteau et l’enclume

Les huit auteurs exposés au Musée du Papier d’Angoulême sont entre le marteau et l’enclume, nés à une époque où la BD était interdite, et auteurs d’un genre qui continue malgré l’ouverture à subir le mépris. "Leur rencontre avec la BD est le fruit du hasard, raconte Polina Petrouchina, une fascination et une incompréhension. L’un a feuilleté un album érotique ramené par un soldat dans son village, un autre est tombé sur un emballage de chewing-gum occidental."

Le vent de liberté accompagnant la Perestroïka et la chute du régime soviétique a emballé le destin de la BD russe dans les années 1990, à la fois abreuvée d’influences nouvelles (manga, comics, BD européenne) et à la recherche d’une identité. Mais il n’y a toujours pas d’éditeur de BD en Russie, pas de librairies ni d’écoles spécialisées. Les auteurs se servent des blogs, publient dans des fanzines comme "Tshepukha", autofinancent des albums aux éditions Boomkniga. Pourtant certains se font un nom à l’étranger, comme Nikolaï Maslov, auteur d’"Une jeunesse soviétique" (Denoël-graphic, 2004), et le festival Boomfest (chaque automne à Saint-Pétersbourg) s’affirme comme la vitrine de la nouvelle bande dessinée d’auteur en Russie.

"Alors vu de France, on peut avoir l’impression que la BD russe n’existe pas. Mais pour nous c’est différent, on voit une continuité entre ce que nous faisons et la tradition des icônes russes", ou encore des "lubok", ces images satiriques populaires et bon marché qui, elles aussi, avaient la réputation de ne pas être de très bon goût.
 

Première publication : 01/02/2010

  • FESTIVAL D'ANGOULÊME

    Quand la bande dessinée planche sur le numérique

    En savoir plus

  • FESTIVAL D'ANGOULÊME

    Sempé, le Frenchie de New York, pour la première fois à Angoulême

    En savoir plus

  • ANGOULÊME 2010

    La plus grande librairie de BD au monde ouvre ses portes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)