Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

EUROPE

Une centaine d'opposants interpellés, puis relâchés, après une manifestation à Moscou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2010

Entre 200 et 300 opposants ont manifesté, dimanche, en faveur du respect de la liberté de rassemblement. La police a arrêté une centaine d'entre eux, avant de les relâcher. Ils devront comparaître devant le juge de paix.

AFP - Tous les opposants russes interpellés dimanche à Moscou pendant une manifestation non-autorisée en faveur du respect de la liberté de rassemblement ont été relâchés, a rapporté la radio Echo de Moscou.

"Tous les manifestants interpellés ont été relâchés", a déclaré un porte-parole du mouvement d'opposition Solidarnost, Ilia Iachine, à l'antenne d'Echo de Moscou.

Les manifestants sont accusés de violation des dispositions réglementant l'organisation et le déroulement des rassemblements et devront comparaître devant le juge de paix le 4 février, a précisé M. Iachine, qui a aussi fait partie des interpellés.

De 200 à 300 opposants se sont réunis dimanche vers 15H00 GMT sur la place Trioumfalnaïa, dans le centre de Moscou, pour manifester en faveur du respect de la liberté de se rassembler pacifiquement.

La police, qui avait déployé des dizaines d'agents sur place, a interpellé une centaine d'entre eux dont Boris Nemtsov et Edouard Limonov et les directeurs de l'ONG Mémorial, Oleg Orlov, et du mouvement Pour les droits de l'Homme, Lev Ponomarev.

Le 31 de chaque mois de 31 jours, l'opposition et les défenseurs russes des droits de l'Homme appellent à manifester à cet endroit pour défendre l'article 31 de la Constitution, qui protège la liberté de réunion.

Invariablement, la municipalité de Moscou refuse d'autoriser cette manifestation, qui est dispersée, souvent violemment, et s'achève par l'interpellation de dizaines d'opposants.

Le 31 décembre 2009, la police avait ainsi interpellé notamment, sans ménagement, l'ex-dissidente soviétique et militante des droits de l'Homme Lioudmila Alexeeva, 82 ans.
 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)