Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Une centaine d'opposants interpellés, puis relâchés, après une manifestation à Moscou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2010

Entre 200 et 300 opposants ont manifesté, dimanche, en faveur du respect de la liberté de rassemblement. La police a arrêté une centaine d'entre eux, avant de les relâcher. Ils devront comparaître devant le juge de paix.

AFP - Tous les opposants russes interpellés dimanche à Moscou pendant une manifestation non-autorisée en faveur du respect de la liberté de rassemblement ont été relâchés, a rapporté la radio Echo de Moscou.

"Tous les manifestants interpellés ont été relâchés", a déclaré un porte-parole du mouvement d'opposition Solidarnost, Ilia Iachine, à l'antenne d'Echo de Moscou.

Les manifestants sont accusés de violation des dispositions réglementant l'organisation et le déroulement des rassemblements et devront comparaître devant le juge de paix le 4 février, a précisé M. Iachine, qui a aussi fait partie des interpellés.

De 200 à 300 opposants se sont réunis dimanche vers 15H00 GMT sur la place Trioumfalnaïa, dans le centre de Moscou, pour manifester en faveur du respect de la liberté de se rassembler pacifiquement.

La police, qui avait déployé des dizaines d'agents sur place, a interpellé une centaine d'entre eux dont Boris Nemtsov et Edouard Limonov et les directeurs de l'ONG Mémorial, Oleg Orlov, et du mouvement Pour les droits de l'Homme, Lev Ponomarev.

Le 31 de chaque mois de 31 jours, l'opposition et les défenseurs russes des droits de l'Homme appellent à manifester à cet endroit pour défendre l'article 31 de la Constitution, qui protège la liberté de réunion.

Invariablement, la municipalité de Moscou refuse d'autoriser cette manifestation, qui est dispersée, souvent violemment, et s'achève par l'interpellation de dizaines d'opposants.

Le 31 décembre 2009, la police avait ainsi interpellé notamment, sans ménagement, l'ex-dissidente soviétique et militante des droits de l'Homme Lioudmila Alexeeva, 82 ans.
 

Première publication : 01/02/2010

COMMENTAIRE(S)