Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Afrique

La candidature de Kofi Yamgnane à la présidentielle rejetée

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2010

L'ex-membre du gouvernement français et opposant togolais Kofi Yamgnane a vu sa candidature à la présidentielle du 28 février invalidée par la Cour constitutionnelle. Sur FRANCE 24, l'intéressé dénonce une "décision politique".

La Cour constitutionnelle togolaise a invalidé, mardi, la candidature de Kofi Yamgnane, ancien membre du gouvernement français, à l'élection présidentielle du 28 février, en raison de deux dates de naissance différentes dans son dossier.

Interrogé par FRANCE 24, l’homme politique franco-togolais, qui possède la double nationalité, dénonce une décision politique. "Ici, on règle habituellement les problèmes à coups de kalachnikov, mais comme ils ne peuvent pas me tirer dessus ils ont trouvé ce subterfuge pour m’écarter" de la course à la présidence, affirme-t-il.

Selon la Cour constitutionnelle, les documents français de Kofi Yamgnane indiquent qu’il serait né le 11 octobre 1945, alors que les papiers togolais font mention du 31 décembre 1945. "Dans mon dossier, j’ai présenté le certificat de naissance sans date. Je ne vois pas où ils sont allés chercher ces deux dates", ajoute-t-il.

"Au Togo, il n’y a pas d’acte de naissance, on dit né en 1945, ce qui est mon cas. Récemment, le pouvoir en place a décidé que tous les gens nés en 1945 sont nécessairement nés le 31 décembre 1945 or, moi, sur mon certificat de naissance, il est déclaré par mes parents que je suis né le 11 octobre 1945", justifie Kofi Yamgnane sur l’antenne de FRANCE 24.

"Cible" des autorités de Lomé

L’ancien secrétaire d'Etat à l’Intégration du président socialiste François Mitterrand, qui s’était fait connaître des Français en devenant le premier maire noir de l’Hexagone dans la commune de Saint-Coulitz, en Bretagne, est le seul des sept candidats à avoir vu sa candidature écartée. Depuis son retour à Lomé, à la fin de l’année 2009, Kofi Yamgnane affirme être la cible des autorités au pouvoir, en particulier du président sortant Faure Gnassingbé, élu en 2005 dans des circonstances chaotiques. Ce dernier, fils du général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé le pays pendant 38 ans, est le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle.

En décembre dernier déjà, son attaché de presse, Ronan Le Flécher, confiait à france24.com que Kofi Yamgnane était "régulièrement intimidé par le gouvernement en place".

Entretien avec Kofi Yamgnane, le 12 novembre 2009

 

 

Première publication : 02/02/2010

  • TOGO

    Tensions entre Paris et Lomé après le renvoi d'un diplomate français jugé trop proche de Kofi Yamgnane

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)