Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

Afrique

La candidature de Kofi Yamgnane à la présidentielle rejetée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2010

L'ex-membre du gouvernement français et opposant togolais Kofi Yamgnane a vu sa candidature à la présidentielle du 28 février invalidée par la Cour constitutionnelle. Sur FRANCE 24, l'intéressé dénonce une "décision politique".

La Cour constitutionnelle togolaise a invalidé, mardi, la candidature de Kofi Yamgnane, ancien membre du gouvernement français, à l'élection présidentielle du 28 février, en raison de deux dates de naissance différentes dans son dossier.

Interrogé par FRANCE 24, l’homme politique franco-togolais, qui possède la double nationalité, dénonce une décision politique. "Ici, on règle habituellement les problèmes à coups de kalachnikov, mais comme ils ne peuvent pas me tirer dessus ils ont trouvé ce subterfuge pour m’écarter" de la course à la présidence, affirme-t-il.

Selon la Cour constitutionnelle, les documents français de Kofi Yamgnane indiquent qu’il serait né le 11 octobre 1945, alors que les papiers togolais font mention du 31 décembre 1945. "Dans mon dossier, j’ai présenté le certificat de naissance sans date. Je ne vois pas où ils sont allés chercher ces deux dates", ajoute-t-il.

"Au Togo, il n’y a pas d’acte de naissance, on dit né en 1945, ce qui est mon cas. Récemment, le pouvoir en place a décidé que tous les gens nés en 1945 sont nécessairement nés le 31 décembre 1945 or, moi, sur mon certificat de naissance, il est déclaré par mes parents que je suis né le 11 octobre 1945", justifie Kofi Yamgnane sur l’antenne de FRANCE 24.

"Cible" des autorités de Lomé

L’ancien secrétaire d'Etat à l’Intégration du président socialiste François Mitterrand, qui s’était fait connaître des Français en devenant le premier maire noir de l’Hexagone dans la commune de Saint-Coulitz, en Bretagne, est le seul des sept candidats à avoir vu sa candidature écartée. Depuis son retour à Lomé, à la fin de l’année 2009, Kofi Yamgnane affirme être la cible des autorités au pouvoir, en particulier du président sortant Faure Gnassingbé, élu en 2005 dans des circonstances chaotiques. Ce dernier, fils du général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé le pays pendant 38 ans, est le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle.

En décembre dernier déjà, son attaché de presse, Ronan Le Flécher, confiait à france24.com que Kofi Yamgnane était "régulièrement intimidé par le gouvernement en place".

Entretien avec Kofi Yamgnane, le 12 novembre 2009

 

 

Première publication : 02/02/2010

  • TOGO

    Tensions entre Paris et Lomé après le renvoi d'un diplomate français jugé trop proche de Kofi Yamgnane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)