Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique

La candidature de Kofi Yamgnane à la présidentielle rejetée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/03/2010

L'ex-membre du gouvernement français et opposant togolais Kofi Yamgnane a vu sa candidature à la présidentielle du 28 février invalidée par la Cour constitutionnelle. Sur FRANCE 24, l'intéressé dénonce une "décision politique".

La Cour constitutionnelle togolaise a invalidé, mardi, la candidature de Kofi Yamgnane, ancien membre du gouvernement français, à l'élection présidentielle du 28 février, en raison de deux dates de naissance différentes dans son dossier.

Interrogé par FRANCE 24, l’homme politique franco-togolais, qui possède la double nationalité, dénonce une décision politique. "Ici, on règle habituellement les problèmes à coups de kalachnikov, mais comme ils ne peuvent pas me tirer dessus ils ont trouvé ce subterfuge pour m’écarter" de la course à la présidence, affirme-t-il.

Selon la Cour constitutionnelle, les documents français de Kofi Yamgnane indiquent qu’il serait né le 11 octobre 1945, alors que les papiers togolais font mention du 31 décembre 1945. "Dans mon dossier, j’ai présenté le certificat de naissance sans date. Je ne vois pas où ils sont allés chercher ces deux dates", ajoute-t-il.

"Au Togo, il n’y a pas d’acte de naissance, on dit né en 1945, ce qui est mon cas. Récemment, le pouvoir en place a décidé que tous les gens nés en 1945 sont nécessairement nés le 31 décembre 1945 or, moi, sur mon certificat de naissance, il est déclaré par mes parents que je suis né le 11 octobre 1945", justifie Kofi Yamgnane sur l’antenne de FRANCE 24.

"Cible" des autorités de Lomé

L’ancien secrétaire d'Etat à l’Intégration du président socialiste François Mitterrand, qui s’était fait connaître des Français en devenant le premier maire noir de l’Hexagone dans la commune de Saint-Coulitz, en Bretagne, est le seul des sept candidats à avoir vu sa candidature écartée. Depuis son retour à Lomé, à la fin de l’année 2009, Kofi Yamgnane affirme être la cible des autorités au pouvoir, en particulier du président sortant Faure Gnassingbé, élu en 2005 dans des circonstances chaotiques. Ce dernier, fils du général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé le pays pendant 38 ans, est le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle.

En décembre dernier déjà, son attaché de presse, Ronan Le Flécher, confiait à france24.com que Kofi Yamgnane était "régulièrement intimidé par le gouvernement en place".

Entretien avec Kofi Yamgnane, le 12 novembre 2009

 

 

Première publication : 02/02/2010

  • TOGO

    Tensions entre Paris et Lomé après le renvoi d'un diplomate français jugé trop proche de Kofi Yamgnane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)