Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

FRANCE

De la naissance d'un joyau de l'aéronautique au procès du crash

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/02/2010

Il aura fallu huit ans d’instruction pour cerner les responsabilités dans le crash du Concorde, le 25 juillet 2000, qui a signé la fin de son aventure. Retour sur les principales dates qui ont marqué l’histoire de l’avion supersonique.

 

2 mars 1969 - Après sept ans de travaux, le Concorde 001 effectue un  premier vol de 29 minutes depuis l’aérodrome de Toulouse. Un mois plus tard, côté britannique, le Concorde 002 prend pour la première fois son envol. Un an plus tard, l'appareil atteint sa vitesse maximale de 2 400 km/h, soit deux fois la vitesse du son.

21 janvier 1976 - Le Concorde effectue son premier vol commercial, reliant Paris à Rio de Janeiro (Brésil), en passant par Dakar (Sénégal), en un temps record de 7 heures et 26 minutes. British Airways entame ses vols sur la ligne Londres-Bahreïn.

24 mai 1976 - Début des vols transatlantiques reliant Londres et Paris à Washington DC.

25 juillet 2000 - Un Concorde d'Air France à destination de New York s'écrase au décollage sur un hôtel de Gonesse (Val-d'Oise). Les 100 passagers, les 9 membres du personnel navigant et quatre personnes au sol périssent dans le crash.

28 juillet 2000 - Air France suspend les vols du Concorde "jusqu'à la fin de l'enquête".

31 août 2000 - Un rapport préliminaire du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) juge vraisemblable la thèse selon laquelle le Concorde a roulé sur une pièce métallique étrangère à l'appareil, qui a provoqué l'éclatement d'un pneu.

4 septembre 2000 - Une pièce manquante sur un DC-10 de Continental Airlines ayant décollé peu avant le Concorde serait à l'origine de l'éclatement du pneu, selon le BEA. Des poursuites sont engagées par Air France contre la compagnie américaine.

5 janvier 2001 - Le BEA parvient à la conclusion qu’un morceau de pneu "entaillé" par une pièce métallique tombée du DC-10 a été projeté sur un réservoir, provoquant une "onde de choc" dans le kérosène et perforant ce réservoir de l'intérieur.

Mi-mai 2001 - Les assureurs d’Air France et les familles des victimes signent un accord global d'indemnisation.

7 novembre 2001 - Après 15 mois d’immobilisation, les vols Concorde d'Air France et British Airways vers New York reprennent.

15 janvier 2002 - Le rapport final du BEA souligne les défaillances d'Air France dans la maintenance des Concorde.

24 octobre 2003 - Fin de carrière pour le Concorde qui effectue, ce jour, ces derniers vols New York-Londres.

13 juillet 2004 - Quatre ans après l'accident, le parquet de Pontoise annonce que l'instruction entrera à l'automne dans une "phase active" avec d'éventuelles mises en examen.

Mars 2005 - La compagnie américaine Continental Airlines est mise en examen pour "homicides et blessures involontaires".

16 juin 2005 - Le juge d’instruction entend comme "témoin assisté", Stanley Ford, un chef mécanicien de Continental Airlines.

3 juillet 2008 - Continental Airlines, deux de ses employés, deux ex-responsables du programme Concorde et un ancien cadre de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) sont poursuivis pour "homicides involontaires" et renvoyés devant le tribunal correctionnel de Pontoise.

2 février 2008 - Ouverture du procès au tribunal correctionnel de Pontoise.

Première publication : 02/02/2010

COMMENTAIRE(S)