Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

FRANCE

Dix ans après le crash du Concorde, les experts appelés à la barre

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/02/2010

Le procès du crash d'un Concorde sur un hôtel de Gonesse, s'est ouvert ce mardi au tribunal de Pontoise, dix ans après le drame. Les cinq prévenus ainsi que la compagnie Continental Airlines sont poursuivis pour "homicides involontaires".

Un procès exceptionnel s'est ouvert ce mardi au tribunal de Pontoise.

Près de dix ans après le crash d’un Concorde d’Air France à destination de New York sur un hôtel de Gonesse (Val-d’Oise), le 25 juillet 2000, avocats et experts de l’aéronautique vont tenter durant ces trois à quatre mois d'audiences de faire la lumière sur les circonstances d’un drame qui a mis fin à l’aventure du supersonique (après 15 mois d’immobilisation consécutive à la catastrophe, puis une brève reprise, l’avion a effectué son dernier vol en octobre 2003).

Le procès doit de déterminer "qui savait quoi, qui n’a pas agi alors qu’il savait quelque chose et est-ce que cette personne peut être poursuivie", explique Ronald Schmid, expert en aviation civile.

Il aura fallu huit ans d’instruction pour déterminer les responsabilités pénales du drame dans lequel 113 personnes ont trouvé la mort dont quatre au sol. Six personnes devront répondre de leur responsabilité, mardi.

Selon les conclusions du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), la catastrophe a été provoquée par une lamelle en titane perdue par un DC10 de la compagnie Continental Airlines qui avait décollé de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle juste avant le Concorde. Un pneu de l’avion aurait éclaté après avoir roulé sur cette pièce. Les projections ont crevé un réservoir, provoquant une fuite de carburant qui s'est enflammé. Mais Continental Airlines continue de nier toute responsabilité et soutient que le supersonique avait pris feu avant de rouler sur la pièce de titane.

Les six accusés du procès du Concorde

"Plusieurs témoins déclarent que l'incendie du Concorde a démarré environ 800 mètres avant la rencontre avec cette pièce, affirme l'avocat de la compagnie américaine, Me Olivier Metzner. Et nous allons le démontrer !"

Six prévenus sur le banc

Focus : Le crash du Concorde en procès

Continental Airlines et les cinq autres prévenus sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour homicide involontaire. John Taylor, l’un des employés de la compagnie, est accusé d’avoir mal fabriqué et fixé la lamelle. Selon son avocat, il ne sera pas présent au procès. La justice reproche, en outre, à son supérieur, Stanley Ford, de ne pas avoir vérifié son travail.

Henri Perrier et Jacques Herubel, du programme Concorde à l'Aérospatiale, sont quant à eux accusés de ne pas avoir cherché à renforcer la protection des réservoirs de carburant de l’avion supersonique.

La justice poursuit également Claude Frantzen, cadre de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), pour avoir sous-estimé les incidents passés dans l’historique de l’appareil.

Le "procès du crash d'un avion vide"

Sur le banc des parties civiles, Air France tient Continental Airlines pour seule responsable de l’accident, bien que le BEA eût relevé des défaillances dans la maintenance des Concorde de la compagnie aérienne française.

"La crevaison d’un pneu ou de plusieurs ne peut pas provoquer le crash. Cela a été le cas ici parce que le Concorde présentait des faiblesses", estime Me Roland Rappaport, selon qui "ces fragilités étaient connues depuis 1979, 21 ans avant l’accident". L’avocat défend les intérêts de la famille du commandant de bord du Concorde, Christian Marty, partie civile dans le procès avec les proches des familles des quatre victimes au sol.

Ayant touché une forte indemnisation, la majorité des familles des passagers de l’avion a renoncé aux poursuites. "C'est une première, je n'ai pas réussi à faire citer des familles comme témoins, souligne Stéphane Gicquel à l’AFP, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'accidents collectifs (Fenvac). On dirait le procès du crash d'un avion vide."

 

Première publication : 02/02/2010

  • CONCORDE

    De la naissance d'un joyau de l'aéronautique au procès du crash

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)