Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 02/02/2010

Le budget Obama décortiqué sur la Toile

Le budget présenté par Barack Obama pour 2011 suscite de nombreuses réactions en ligne et un accord international destiné à protéger la propriété intellectuelle inquiète les internautes.

Obama et le budget

Le président américain, Barack Obama, a présenté lundi au Congrés un budget 2011 à hauteur de 3830 milliards de dollars dédié à la lutte contre le chômage et la maîtrise des déficits. La toile réagit.

Ainsi, comme l’explique Barack Obama dans cette vidéo mise en ligne la semaine dernière sur le site de la Maison Blanche, la priorité est de relancer l’emploi dans le pays. Et cela passe notamment par des avantages fiscaux accordés aux entreprises pour qu’elles recommencent à embaucher au plus vite.
 

Un budget qui se focalise sur l’emploi donc mais aussi sur certaines réformes chères au président. Dans cette vidéo, le sénateur démocrate Jeff Bingaman applaudit les efforts d’Obama pour relancer l’économie tout en maintenant le budget prévu pour la réforme du système de santé.
 

Malgré ces annonces, certains estiment que le budget 2011 pose néanmoins quelques problèmes. Cette association qui milite contre la guerre en Afghanistan regrette ainsi qu’Obama ne réduise pas les dépenses militaires car le conflit afghan coûte, selon elle, bien trop cher aux contribuables américains.
 

D’autres, à l’image de cet internaute, affirment que les coupes budgétaires ne vont pas assez loin. Selon lui, les mesures annoncées par Obama ne permettront d’obtenir des économies dérisoires en comparaison au déficit abyssal américain chiffré à 1600 milliards de dollars.
 

Par ailleurs, la dette nationale qui ne cesse de s’accroître inquiète également les citoyens américains. Elle est estimée à plus de 12 300 milliards de dollars. Et ils sont nombreux comme ces vidéoblogueurs à interroger le président sur les mesures qu’il envisage de prendre pour ramener la dette à un niveau raisonnable.

Acta : le traité qui effraie les internautes

Les représentants de trente-neuf États se sont réunis la semaine dernière à Mexico à l’occasion de la septième phase de négociations de l’ACTA, l’accord commercial anti-contrefaçon. Un traité visant, entre autres, à protéger des droits d'auteur sur Internet et qui suscite l’angoisse d’une partie de la blogosphère.

Pour beaucoup, à l’image des créateurs de cette vidéo, ce traité risque, s’il devait être adopté, de mettre à mal les libertés individuelles sur la toile. Pour eux, l’ACTA est assimilé à une censure potentielle du Web.
 

D’autres comme ce vidéoblogueur très énervé fustigent un traité qui ne protégerait finalement que les intérêts de certaines grandes sociétés au détriment des intérêts des citoyens et internautes.
 

L’ONG, Reporters sans frontières, évoque elle sur son site quelquess mesures qui pourraient être adoptées si le traité devait voir le jour. Les gouvernements pourraient, par exemple, mettre en place des filtrages automatiques du web ou limiter l’accès à certaines informations. Des mesures que l’ONG juge dangereuse pour la liberté d’expression.
 

Mais il est pour le moment difficile d’avoir des informations plus précises car comme le rappelle cette association française de défense des internautes, les négociations de l’ACTA sont secrètes. Elle invite donc les citoyens à signer une lettre ouverte adressée au Parlement Européen pour exprimer leur opposition à l’adoption de ce texte.
 

En attendant, la mobilisation des internautes est également importante sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, des milliers d’opposants au traité ont rejoint ces groupes qui appellent les différents gouvernements impliqués dans les négociations à y mettre un terme.

COMMENTAIRE(S)

Les archives

31/07/2014 Réseaux sociaux

Chine : de faux profils Twitter démasqués

Au sommaire de cette édition : la Chine utilise de faux profils sur Twitter pour mener sa propagande ; les femmes turques s’attaquent au vice-Premier ministre du pays en selfies...

En savoir plus

30/07/2014 Réseaux sociaux

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

Au sommaire de cette édition: des célébrités créent la polémique en ligne en évoquant le conflit à Gaza ; la Toile américaine se mobilise pour un détenu condamné à perpétuité ;...

En savoir plus

29/07/2014 Réseaux sociaux

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

Au sommaire de cette édition : la Toile se mobilise pour les chrétiens d’Irak ; les internautes ghanéens militent pour plus de justice économique ; et un skateboarder pratique sa...

En savoir plus

28/07/2014 Réseaux sociaux

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

Au sommaire de cette édition : les internautes multiplient les initiatives pour réclamer la paix à Gaza ; le sort d’un ours blanc vivant en Argentine émeut la Toile ; et des...

En savoir plus

26/07/2014 Réseaux sociaux

"Tor", nouvelle cible de la NSA

Dernier rebondissement dans l’affaire des écoutes de la NSA : l’agence américaine s’intéresserait de très près à "Tor", un réseau décentralisé permettant de surfer sur la Toile...

En savoir plus