Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

EUROPE

Après la défection d'Obama, l'Espagne songe à reporter son sommet euro-américain

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2010

Initialement prévu les 24 et 25 mai prochains à Madrid, le sommet UE-États-Unis pourrait être reporté. Lundi, la Maison Blanche avait annoncé que le président Barack Obama n'avait pas l'intention de s'y rendre.

AFP -  Le sommet UE/USA prévu les 24 et 25 mai à Madrid sera très "probablement" reporté après l'annonce lundi par la Maison Blanche que le président Barack Obama n'avait pas prévu d'y participer, a déclaré mardi à l'AFP une source proche du gouvernement espagnol.

"Ce n'est pas encore clair. Cela dépendra de nos discussions avec Bruxelles. Mais ces sommets ont lieu au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement et telle qu'est la situation, il est très peu probable que ce sommet ait lieu" en mai à Madrid. "Il y a peu de marge de manoeuvre" pour l'organisation de ce rendez-vous, a déclaré cette source.

La tenue de ce sommet annuel en l'absence du président américain "n'aurait pas beaucoup de sens" a-t-elle ajouté.

Elle a toutefois souligné que "la décision définitive" de son éventuel report "se prendra en collaboration absolue avec les institutions européennes", en particulier avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

L'administration américaine a annoncé lundi que Barack Obama ne prévoyait pas d'assister à ce sommet programmé les 24 et 25 mai à l'agenda officiel de la présidence espagnole tournante de l'UE, qui en avait fait une de ses priorités.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos avait notamment indiqué le 11 janvier que Madrid souhaiter refonder la relation UE/USA pour éviter une marginalisation de l'Europe sur la scène internationale.

Mais "le président ne prévoit pas de se rendre en Espagne pour un sommet au printemps", avait indiqué lundi à l'AFP le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Michael Hammer.

Plus tôt, un porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, avait indiqué qu'à sa connaissance, "il n'y a pas de projet précis du président de se rendre en Espagne pour le sommet cette année".

Ce porte-parole avait aussi pointé le schéma complexe des institutions européennes depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, lequel juxtapose un président du Conseil de l'Union européenne, le Belge Herman Van Rompuy, et une présidence tournante, actuellement assurée pour six mois par l'Espagne.

Le quotidien de centre-droit espagnol El Mundo, assurait d'ailleurs mardi, citant des sources américaines, que le président Obama avait été "contrarié" par la façon dont s'est déroulé le dernier sommet USA/UE en novembre aux Etats-Unis et que cela "lui a ôté l'envie d'une autre réunion en mai".

"Il y a eu tant de voix et si peu de résultats que le président (Obama) a écourté la réunion et envoyé au repas officiel son vice-président Joseph Biden", commentait El Mundo.

"Ce qui est certain, c'est que les Etats-Unis ne sont pas très impressionnés par l'influence, la collaboration et les bonnes manières de l'UE", ajoute le journal, citant le faible engouement des Européens à envoyer des troupes en Afghanistan et leur rôle marginal au sommet de Copenhague sur le climat.

"Obama tourne le dos à l'Europe", titrait pour sa part le quotidien El Pais, tout en soulignant que le président américain préfèrerait que le sommet UE/USA coïncide avec le sommet de l'Otan prévu en novembre à Lisbonne.

Première publication : 03/02/2010

COMMENTAIRE(S)