Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

EUROPE

Après la défection d'Obama, l'Espagne songe à reporter son sommet euro-américain

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2010

Initialement prévu les 24 et 25 mai prochains à Madrid, le sommet UE-États-Unis pourrait être reporté. Lundi, la Maison Blanche avait annoncé que le président Barack Obama n'avait pas l'intention de s'y rendre.

AFP -  Le sommet UE/USA prévu les 24 et 25 mai à Madrid sera très "probablement" reporté après l'annonce lundi par la Maison Blanche que le président Barack Obama n'avait pas prévu d'y participer, a déclaré mardi à l'AFP une source proche du gouvernement espagnol.

"Ce n'est pas encore clair. Cela dépendra de nos discussions avec Bruxelles. Mais ces sommets ont lieu au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement et telle qu'est la situation, il est très peu probable que ce sommet ait lieu" en mai à Madrid. "Il y a peu de marge de manoeuvre" pour l'organisation de ce rendez-vous, a déclaré cette source.

La tenue de ce sommet annuel en l'absence du président américain "n'aurait pas beaucoup de sens" a-t-elle ajouté.

Elle a toutefois souligné que "la décision définitive" de son éventuel report "se prendra en collaboration absolue avec les institutions européennes", en particulier avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

L'administration américaine a annoncé lundi que Barack Obama ne prévoyait pas d'assister à ce sommet programmé les 24 et 25 mai à l'agenda officiel de la présidence espagnole tournante de l'UE, qui en avait fait une de ses priorités.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos avait notamment indiqué le 11 janvier que Madrid souhaiter refonder la relation UE/USA pour éviter une marginalisation de l'Europe sur la scène internationale.

Mais "le président ne prévoit pas de se rendre en Espagne pour un sommet au printemps", avait indiqué lundi à l'AFP le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Michael Hammer.

Plus tôt, un porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, avait indiqué qu'à sa connaissance, "il n'y a pas de projet précis du président de se rendre en Espagne pour le sommet cette année".

Ce porte-parole avait aussi pointé le schéma complexe des institutions européennes depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, lequel juxtapose un président du Conseil de l'Union européenne, le Belge Herman Van Rompuy, et une présidence tournante, actuellement assurée pour six mois par l'Espagne.

Le quotidien de centre-droit espagnol El Mundo, assurait d'ailleurs mardi, citant des sources américaines, que le président Obama avait été "contrarié" par la façon dont s'est déroulé le dernier sommet USA/UE en novembre aux Etats-Unis et que cela "lui a ôté l'envie d'une autre réunion en mai".

"Il y a eu tant de voix et si peu de résultats que le président (Obama) a écourté la réunion et envoyé au repas officiel son vice-président Joseph Biden", commentait El Mundo.

"Ce qui est certain, c'est que les Etats-Unis ne sont pas très impressionnés par l'influence, la collaboration et les bonnes manières de l'UE", ajoute le journal, citant le faible engouement des Européens à envoyer des troupes en Afghanistan et leur rôle marginal au sommet de Copenhague sur le climat.

"Obama tourne le dos à l'Europe", titrait pour sa part le quotidien El Pais, tout en soulignant que le président américain préfèrerait que le sommet UE/USA coïncide avec le sommet de l'Otan prévu en novembre à Lisbonne.

Première publication : 03/02/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)