Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

Amériques

Un haut gradé plaide pour la levée du tabou de l'homosexualité dans l'armée

©

Vidéo par Karim YAHIAOUI , Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2010

Un haut gradé s'est pour la première fois déclaré favorable à ce que les gays et les lesbiennes aient le droit d'exercer dans l'armée. Barack Obama souhaite abroger la loi qui impose aux militaires homosexuels de cacher leur orientation sexuelle.

AFP - Le plus haut gradé américain, l'amiral Michael Mullen, a estimé mardi devant des parlementaires que lever l'interdiction faite aux militaires homosexuels d'évoquer leur orientation sexuelle serait "la bonne chose à faire".

C'est la première fois qu'un haut gradé américain apporte son soutien clair à la levée de l'interdiction.

"Mon opinion est qu'autoriser les gays et lesbiennes à servir ouvertement (dans l'armée) serait la bonne chose à faire", a déclaré devant la commission de Défense du Sénat l'amiral Mullen, chef d'état-major interarmées, précisant qu'il exprimait un "avis personnel".

"Je ne peux m'empêcher d'être troublé par le fait que nous avons actuellement une loi qui force les jeunes hommes et les jeunes femmes à mentir (...) pour pouvoir défendre leurs compatriotes", a-t-il ajouté.

L'amiral Mullen a déclaré qu'il pensait que les soldats américains "étaient capables de s'accomoder d'un tel changement", soulignant qu'il avait appris à ne jamais "sous-estimer leur capacité à s'adapter".

Le président Barack Obama a déclaré lors de son premier discours sur l'état de l'Union, mercredi dernier, qu'il souhaitait "travailler avec le Congrès et l'armée pour enfin abroger la loi qui prive les homosexuels américains du droit de servir le pays".

L'amiral Mullen et le secrétaire à la Défense Robert Gates ont annoncé qu'un examen méticuleux de la situation serait mené tout au long de l'année dans l'armée pour préparer l'abrogation de la loi.

M. Gates a également indiqué avoir demandé à ses conseillers juridiques de lui présenter dans les 45 jours des mesures temporaires visant à diminuer les effets de la loi.

A l'inverse, le sénateur républicain John McCain, qui a combattu lors de la guerre du Vietnam, a jugé que le moment était mal choisi pour abroger la loi, à l'heure où l'armée américaine doit subir les affres de deux guerres, en Afghanistan et en Irak.

Baptisée "Don't ask, don't tell" ("Ne rien demander, ne rien dire"), la loi impose aux militaires américains homosexuels de ne pas dévoiler leur orientation sexuelle.

Depuis son adoption en 1993, plus de 13.000 soldats ont été renvoyés parce qu'ils avaient évoqué leur homosexualité ou qu'ils avaient été dénoncés. Mais selon des chiffres rendus publics par le Pentagone mardi, le nombre de soldats renvoyés des rangs de l'armée à cause de leur orientation sexuelle a chuté d'environ 30% en 2009 par rapport à 2008.

Selon l'état-major américain, 428 soldats homosexuels --259 hommes et 169 femmes-- ont dû quitter l'armée l'an dernier.

Ces chiffres en baisse "sont les bienvenus, mais ils ne doivent pas se substituer à une abrogation ferme et définitive de la loi en 2010", a réagi le Service Members Legal Defense Fund, un groupe de pression, chaud partisan de la levée du tabou homosexuel dans l'armée.

Et dans l'opinion américaine, l'idée de l'abrogation de la loi fait son chemin. Les sondages les plus récents montrent en effet que les Américains sont majoritairement favorables à l'idée que des soldats ouvertement homosexuels puissent servir sous les drapeaux.
 

Première publication : 03/02/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)