Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire du parti socialiste : un débat sans pugilat

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : le faux dossier russe de Donald Trump ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Gastronomie : quand la cuisine créé du lien social

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaire de la gauche : demandez le programme économique !

En savoir plus

Amériques

Spéculations autour d'une inculpation pour homicide involontaire du docteur de Michael Jackson

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2010

La justice américaine pourrait inculper le dernier médecin de Michael Jackson pour homicide involontaire. Bien qu'il clame son innocence, Conrad Murray a reconnu avoir administré du propofol au "roi de la pop", le jour de sa mort.

AFP - La justice américaine pourrait inculper dès mercredi d'homicide involontaire le dernier médecin de Michael Jackson, Conrad Murray, pour son rôle dans la mort du chanteur, le 25 juin, a rapporté le journal Los Angeles Times.

L'avocat du médecin, Ed Chernoff, a précisé que son client se trouvait à Los Angeles et qu'il était prêt à se rendre aux autorités si elles ouvraient cette procédure criminelle.

"Je n'ai pas d'information précise qui me conduise à penser qu'il pourrait être inculpé cette semaine. Mais s'il l'est, nous avons dit clairement qu'il serait disposé à se rendre", a déclaré mardi l'avocat au Los Angeles Times.

L'avocat a précisé que le médecin personnel de Michael Jackson qui vit à Houston (Texas), se trouvait à Los Angeles pour des raisons personnelles et pour s'entretenir avec sa défense.

Ces déclarations ont suscité un florilège de spéculations dans la presse sur l'ouverture prochaine d'une procédure judiciaire. Le bureau du procureur du district de Los Angeles n'a cependant pas confirmé que des poursuites allaient être engagées contre Conrad Murray.

Ce dernier a reconnu avoir administré du propofol au "roi de la pop", le jour de sa mort, le 25 juin à Los Angeles (Californie, ouest des Etats-Unis), mais seulement après avoir testé plusieurs autres médicaments pour l'aider à dormir et sur la demande insistante du chanteur, avait-il précisé.

Le docteur Murray n'a eu de cesse, depuis la mort de Michael Jackson, de clamer son innocence.

L'institut médico-légal de Los Angeles avait établi que le propofol, un puissant anesthésiant normalement réservé au milieu hospitalier, était à l'origine de la mort de la pop-star qui l'utilisait comme somnifère.

Michael Jackson est mort à l'âge de 50 ans d'un arrêt cardiaque consécutif à une surdose de médicaments, vingt minutes après avoir reçu l'injection de propofol, alors que son médecin s'était absenté quelques instants, avait précisé le Dr Murray, interrogé par les autorités quelques jours après le décès.
 

Première publication : 03/02/2010

COMMENTAIRE(S)