Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Economie

Bank of America poursuivie pour fraude et manipulation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2010

La justice new-yorkaise a engagé des poursuites contre Bank of America. Elle accuse la première banque des États-Unis d'avoir dissimulé les pertes de sa filiale Merrill Lynch et d'avoir manipulé l'État fédéral pour obtenir une aide massive.

AFP - La justice de l'Etat de New York a annoncé jeudi qu'elle poursuivait Bank of America, la première banque des Etats-Unis, pour avoir caché les pertes de sa filiale Merrill Lynch et "manipulé" les autorités afin d'obtenir une aide fédérale massive fin 2008.

Le ministre de la Justice de l'Etat, Andrew Cuomo, a précisé qu'il poursuivait la banque, son ancien PDG Kenneth Lewis et son ex-directeur financier.

Selon M. Cuomo, appuyé par le responsable du Trésor chargé de veiller à la bonne utilisation des fonds débloqués à l'automne 2008 pour sauver le système financier, les dirigeants de Bank of America se sont livrés à une "manoeuvre arrogante" et ont commis "une énorme fraude".

La plainte affirme que la direction de Bank of America a volontairement caché les pertes massives de la banque d'affaires Merrill Lynch, qu'elle avait décidé de racheter en septembre 2008, "afin que ses actionnaires votent en faveur de la fusion".

"Une fois la transaction approuvée, la direction de Bank of America a manipulé le gouvernement fédéral pour qu'il sauve la transaction grâce à des milliards de dollars du contribuable, en affirmant faussement qu'elle renoncerait à l'accord sans une aide", affirme encore le responsable de l'Etat de New York.

La banque a réagi en se disant "déçue" et affirmé que ses dirigeants avaient toujours été "de bonne foi".
 

Première publication : 04/02/2010

COMMENTAIRE(S)