Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Sports

Luis Fernandez : "Si Blanc est désigné, c'est une super bonne idée"

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 04/02/2010

Seul candidat déclaré à la succession de Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France de football, l'ex-international français, aujourd'hui devenu entraîneur, répond aux questions de France24.com.

 

France24.com : Que pensez-vous des rumeurs persistantes qui portent Laurent Blanc [l'actuel entraîneur des Girondins de Bordeaux] à la tête des Bleus après le Mondial-2010 ?

Luis Fernandez : Si Laurent Blanc ou Didier Deschamps [entraîneur del’OM, ndlr] se présentent, il n’y a pas lieu de penser un seul instant que je maintiendrai ma candidature. Si Blanc est désigné, c'est une super bonne idée. Mais il peut continuer d'entraîner Bordeaux, comme il peut aussi choisir de partir à l’étranger. On n’en sait rien, pour l’instant il n’y a que des rumeurs.

 

Avez-vous eu des nouvelles de la Fédération française de football (FFF) depuis que vous avez déposé votre candidature au poste de sélectionneur ?

Le président Escalettes a répondu à ma lettre. Il m’a fait savoir qu’il en parlerait lors d’un prochain conseil fédéral. L’image de l’équipe de France est ternie après que certaines décisions ont été prises. En plus d'un changement de sélectionneur, j’espère qu’on aura, en 2010, l’occasion de réorganiser le conseil fédéral afin qu’il soit plus jeune, plus dynamique et plus rénovateur. C’est la meilleure chose qui puisse arriver au football français. Mais tout ça est bloqué. Aujourd’hui, le conseil a le pouvoir et il en fait ce qu’il veut.
 
 
Avez-vous l’impression que les jeux sont faits, que la décision est prise?
 
Mon entourage m’a encouragé à poursuivre ma démarche, parce que j’ai une légitimité pour agir. Les personnes qui siègent dans les instances peuvent ne pas être d’accord, et je respecterai leur choix, à moins d'une débâcle au Mondial. Je serai alors de ceux qui leur rappelleront qu’ils doivent prendre leur responsabilité et démissionner.

 

Première publication : 04/02/2010

COMMENTAIRE(S)