Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Afrique

L'État togolais porte plainte contre la CAF et les rebelles du Cabinda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/02/2010

Lomé a déposé plainte à Paris contre la Confédération africaine de football (CAF)et le groupe rebelle du Cabinda qui avait pris d'assaut le bus de la sélection togolaise lors de la CAN-2010. Deux joueurs avaient péri dans l'attaque.

AFP - L'Etat togolais a porté plainte à Paris pour "acte de terrorisme" contre un mouvement rebelle du Cabinda, dont le chef est Français, après l'attaque contre l'équipe de football du Togo en janvier en marge de la coupe d'Afrique des nations en Angola, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Cette plainte avec constitution de partie civile vise le groupe rebelle du Cabinda, le Flec (les Forces de Libération de l'Etat du Cabinda/Position Militaire) qui avait revendiqué l'attaque contre le bus transportant l'équipe togolaise, ainsi que la Confédération africaine de football (CAF) et son président Issa Hayatou, a précisé cette source.

Les chefs de cette plainte, déposée par le Togo et les ayants-droit des deux personnes tuées au cours de l'attaque, sont notamment "actes de terrorisme", "assassinats et complicité d'assassinats", "atteinte involontaire et volontaire à la vie d'autrui" et "exposition d'autrui à des risques de mort et blessure".

Il reviendra à la justice française de déterminer si elle a une compétence pour enquêter sur cet attentat qui n'a pas fait de victime française, a précisé la source judiciaire.

Le parquet de Paris a ouvert parallèlement une enquête préliminaire mi-janvier pour "apologies d'actes de terrorisme" après les propos du Français originaire du Cabinda, Rodrigues Mingas, secrétaire général du mouvement rebelle, qui avait déclaré que "les armes allaient "continuer à parler" après cette attaque.

Le bus transportant la délégation togolaise à la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2010) dans l'enclave angolaise de Cabinda avait été mitraillé le 8 janvier par des séparatistes, faisant 2 morts parmi ses membres.

La CAF a décidé samedi de suspendre pour deux Coupes d'Afrique des nations le Togo, qui s'était retiré de la CAN-2010 sur décision gouvernementale à la suite du mitraillage de sa délégation.

Première publication : 04/02/2010

  • FOOTBALL

    Les Éperviers togolais exclus des deux prochaines CAN

    En savoir plus

  • CAN-2010

    L'équipe togolaise se retire de la Coupe d'Afrique des Nations

    En savoir plus

  • CAN-2010

    Le bus de l'équipe du Togo attaqué à la mitraillette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)