Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

Amériques

Toyota confronté à une plainte collective aux États-Unis

Vidéo par Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2010

Alors qu'une plainte en nom collectif a été déposée contre Toyota aux États-Unis, le constructeur va rappeler 270 000 Prius soupçonnées d'avoir un problème de freins.

AFP - Toyota semblait s'enfoncer jeudi encore un peu plus dans les difficultés, le constructeur automobile s'apprêtant selon la presse japonaise à rappeler 270.000 Prius pour un problème de freins, tandis qu'une plainte en nom collectif était déposée contre lui aux Etats-Unis.

Le journal économique japonais Nikkei a rapporté dans son édition datée de vendredi que le premier constructeur mondial informerait sous peu le ministère des Transports japonais et le Département américain des Transports de ce rappel, qui concernera 76.000 véhicules au Japon et environ 100.000 aux Etats-Unis.

Le rappel concernera les Prius de troisième génération, vendues entre mai et décembre, afin de changer le programme de contrôle de freinage de ces véhicules, selon le journal. Interrogé aux Etats-Unis, le groupe n'était pas en mesure jeudi de confirmer ces informations.

Auparavant, les autorités américaines avaient annoncé avoir ouvert une enquête sur ces problèmes de freins, qui viennent s'ajouter aux déboires du groupe japonais après la crise des accélérateurs défectueux qui a entraîné des millions de rappels de voitures et devrait coûter jusqu'à 1,4 milliard d'euros.

L'autorité américaine de sécurité routière, la NHTSA, qui dépend du ministère des Transports, a évoqué des cas "de perte momentanée des capacités de freinage sur des surfaces accidentées, des bosses ou des nids de poule". La NHTSA a précisé avoir reçu 124 signalements de problèmes de la part de consommateurs, "dont quatre ont fait part d'accidents".

Toyota a indiqué avoir reçu 77 plaintes au Japon concernant la dernière version de la Prius, un véhicule "hybride" (électricité et essence) qui est le plus vendu par la marque au Japon.

Le responsable du contrôle de qualité, Hiroyuki Yokoyama, a reconnu l'existence d'un défaut dans le système de freinage hydraulique, qui peut, par temps froid, agir avec retard. "Le frein est lent mais si on continue à appuyer sur la pédale, la voiture s'arrête", a-t-il dit.

Toyota a dû rappeler depuis l'automne plus de huit millions de véhicules dans le monde en raison d'une pédale d'accélérateur défectueuse et d'un tapis de sol amovible qui a tendance à s'accrocher aux pédales.

Le géant nippon fait désormais l'objet d'une plainte en nom collectif aux Etats-Unis l'accusant d'avoir dissimulé "pendant plusieurs années les problèmes d'accélération involontaires", a indiqué le cabinet Burg Simpson, à l'origine de la plainte.

La plainte, déposée au nom d'un automobiliste du Colorado, demande une compensation financière pour tous les résidents de cet Etat de l'ouest des Etats-Unis qui possèdent une des voitures concernées par ces rappels.

Toyota est déjà dans le collimateur du ministre américain des Transports, Ray LaHood.

"Si vous possédez un véhicule (Toyota), cessez de le conduire, apportez-le chez un concessionnaire pour le faire réparer", a-t-il déclaré mercredi devant le Congrès. Il a ensuite tempéré quelque peu ces propos qui ont déclenché une polémique aux Etats-Unis, où l'Etat possède 60% de General Motors, le premier constructeur américain concurrent de Toyota.

Selon la NHTSA, M. LaHood a appelé mercredi soir le président de Toyota, Akio Toyoda. Ce dernier l'a "rassuré sur le fait que Toyota prend les préoccupations américaines sur la sécurité au sérieux et place la sécurité au premier rang de ses priorités".

Malgré cette crise, Toyota a créé la surprise jeudi en relevant fortement ses prévisions financières annuelles. Cette décision a étonné les analystes, dont la plupart avertissent que le coût de cette crise pour Toyota, notamment en termes d'image de marque, sera très élevé.

A la Bourse de Tokyo, l'action Toyota a terminé jeudi sur une nouvelle chute de 3,52% à 3.280 yens. Depuis le 21 janvier, la valeur boursière du groupe a fondu de près de 22%.

Première publication : 04/02/2010

  • AUTOMOBILE

    Malgré ses déboires, Toyota affiche une bonne santé financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)