Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Moyen-orient

Ban Ki-moon doute de l'existence d'enquêtes "crédibles" sur l'offensive de Gaza

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2010

Dans un rapport, le chef de l'ONU, Ban Ki-moon, appelle à l'ouverture d'enquêtes "crédibles" sur les allégations de crimes de guerre lors de l'offensive israélienne à Gaza entre décembre 2008 et janvier 2009.

AFP - Le chef de l'ONU Ban Ki-moon a déclaré jeudi n'être pas en mesure de déterminer si Israël et les Palestiniens se sont conformés à l'exigence de l'ONU d'ouvrir des enquêtes indépendantes et crédibles sur la guerre de l'hiver dernier à Gaza.

Dans un rapport transmis à l'Assemblée générale de l'ONU et dont l'AFP a obtenu copie, M. Ban déclare qu'à ce stade, "aucune détermination ne peut être faite sur la mise en oeuvre par les parties concernées de la résolution" 64/10 de l'Assemblée.

"Notre politique était de faire attention aux civils"

Dans cette résolution adoptée à une large majorité le 5 novembre 2009, l'Assemblée plénière de l'ONU avait donné trois mois à Israël et aux Palestiniens pour ouvrir des enquêtes "crédibles" sur les allégations de crimes de guerre commis lors du conflit de Gaza, contenues dans le rapport de la Commission d'enquête du juge sud-africain Richard Goldstone.

Aux termes de cette résolution, M. Ban devait faire rapport à l'Assemblée avant le 5 février.

M. Ban a reçu le 29 janvier un rapport officiel du gouvernement israélien, dans lequel l'Etat hébreu se défend d'avoir violé les lois de la guerre et s'efforce de réfuter les accusations de la commission Goldstone. Ce document est annexé à son rapport.

Dans ce justificatif de 46 pages, l'Etat hébreu vante "l'indépendance et l'impartialité" du système judiciaire israélien et assure que son armée s'est conformée au droit international pendant l'Opération "Plomb Durci" à Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009.

"La complexité et l'ampleur de telles opérations entraînent inévitablement des erreurs tragiques et des fautes de jugement. De tels résultats, qui englobent la mort de civils et des dégâts matériels, ne veulent pas nécessairement dire que des violations de la loi internationale ont eu lieu", argumente le document.

Jusqu'à présent, Israël n'a pas annoncé la création d'une commission d'enquête. Mais l'armée a infligé un blâme à deux officiers supérieurs pour des tirs d'obus au phosphore contre un bâtiment de l'ONU lors de l'offensive à Gaza, parce qu'ils étaient dirigés vers une zone habitée.

M. Ban a également reçu de l'Autorité palestinienne un rapport préliminaire sur la façon dont elle prévoit d'enquêter sur la guerre à Gaza.

Ce document, également annexé au rapport du chef de l'ONU, contient un décret présidentiel créant une commission d'enquête de cinq juges et experts juristes pour examiner les événements de Gaza.

Retour à Gaza, un an après l'offensive israélienne
Dans son propre rapport, M. Ban rappelle qu'il a "appelé à plusieurs reprises les deux parties à effectuer des enquêtes crédibles sur la manière dont a été mené le conflit à Gaza".

L'Assemblée générale de l'ONU se réunira prochainement pour examiner le rapport de M. Ban, selon un porte-parole de l'ONU, qui n'a pas précisé à quelle date.

L'offensive israélienne, qui répondait à des tirs de roquettes sur son territoire à partir de la bande de Gaza, avait fait 1.400 morts côté palestinien, selon des sources médicales locales, et 13 côté israélien.

Le rapport Goldstone, commissionné par l'ONU, recommande la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) si Israël et les Palestiniens n'annoncent pas leur intention de mener des enquêtes "crédibles" sur la conduite du conflit.

L'Etat hébreu craint que ses responsables politiques et militaires ne soient poursuivis par la justice internationale et éventuellement condamnés.

Les dirigeants israéliens n'ont eu de cesse de "décrédibiliser" le rapport Goldstone, qualifié de "partial et malhonnête".

Maître de Gaza, le Hamas, lui, s'est absout de tout crime de guerre en soutenant que sa branche armée avait frappé "des cibles militaires et évité les cibles civiles" israéliennes.
 

Première publication : 05/02/2010

  • OFFENSIVE À GAZA

    L'armée israélienne sanctionne deux officiers supérieurs

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Il y a un an, Israël lançait l'offensive "Plomb durci" sur la bande de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)