Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Economie

Les chiffres du chômage américain plombent les Bourses européennes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2010

La publication des chiffres du chômage aux États-Unis, conjuguée à l'inquiétude provoquée par la dette publique de la Grèce, de l'Espagne et du Portugal, n'a pas rassuré les Bourses européennes, qui ont clôturé en forte baisse vendredi.

AFP - Les Bourses européennes, toujours inquiètes du dérapage des déficits publics dans la zone euro, ont clôturé vendredi en forte baisse après la publication de chiffres mitigés sur l'emploi américain en janvier.

"Ce sont les mêmes angoisses que la veille", à savoir de fortes inquiétudes sur les finances publiques de plusieurs pays du sud de l'Europe (Grèce, Espagne, Portugal), a indiqué Arnaud de Champvallier, directeur chez Turgot Asset Management.

Suivant la tendance baissière en Asie dans la matinée, la Bourse de Paris a perdu 3,40%, le CAC 40 retombant à 3.563,76 points. Londres a abandonné 1,53% et Francfort 1,79%.

Le Débat : Des États en faillite

Les Etats-Unis ont continué de perdre des emplois en janvier, mais nettement moins qu'en décembre, semblant se rapprocher un peu plus du moment où les embauches reprendront, alors que le taux de chômage est retombé contre toute attente à son niveau du mois d'août.

La Bourse de New York se repliait également, après un début de séance hésitant. Vers 16H45 GMT, le Dow Jones perdait 0,75% et le Nasdaq 0,40%.

La place financière ibérique, et celle de Lisbonne, ont terminé en recul de, respectivement 1,35% et 1,36%, après avoir plongé en séance de 6 et 5%, à cause de l'état des finances de l'Espagne et du Portugal. La Bourse d'Athènes a cédé 3,73%.

Depuis plusieurs jours, observateurs et analystes s'inquiètent de l'état des finances publiques de ces deux pays, agitant l'épouvantail de la Grèce, dont les déficits et la dette publics sont si élevés que la Commission européenne a décidé mercredi de placer le pays sous une quasi-tutelle.

"Les inquiétudes sont mondiales, le sentiment des investisseurs est plombé par les problèmes de dette de la Grèce, de l'Espagne et du Portugal", a commenté Marcus Droga, directeur associé à Macquarie Private Wealth à Sydney, cité par Dow Jones Newswires.

En Asie, la Bourse de Tokyo a chuté vendredi de 2,89%, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes s'établissant à 10.057,09 points, son plus bas niveau depuis le 10 décembre.

Hong Kong a dégringolé de son côté de 3,33%. Shanghai a limité les pertes, cédant 1,87% tandis que Séoul a plongé de 3,05% et Sydney de 2,32%, touchant son plus bas en trois mois.

Sur les marchés des changes, l'euro est tombé vendredi sous 1,36 dollar pour la première fois depuis huit mois et demi. La monnaie européenne est descendue jusqu'à 1,3595 dollar vers 16H45 GMT, un nouveau plus bas depuis le 20 mai 2009.

"Les dernières 24 heures ont été terribles pour les marchés mondiaux, les Bourses, les matières premières et les monnaies ayant chuté un peu partout (...), les investisseurs fuyant les actifs risqués au profit de la sécurité relative que représente le dollar", a commenté Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, à Londres.

Les dettes européennes et l'emploi aux Etats-Unis ont créé une atmosphère fébrile sur les marchés, prompts à guetter le moindre signe de rechute de l'économie mondiale à peine sortie de la récession. "Ce que nous voyons est un vent de panique", a jugé Francis Lun, gestionnaire à Fulbright Securities à Hong Kong.
 

Première publication : 05/02/2010

COMMENTAIRE(S)