Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Moyen-orient

Kerbala de nouveau frappée par un attentat anti-chiites meurtrier

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2010

Au moins 41 pèlerins ont péri dans un attentat perpétré à l'entrée de la ville sainte de Kerbala, où plus d'un million de fidèles chiites du monde entier commémorent le 40e jour de la mort de Hussein, figure emblématique du chiisme.

AFP - Un nouvel attentat a tué vendredi 41 personnes à Kerbala, au dernier jour du pèlerinage marquant le 40e jour de la mort de Hussein, figure emblématique du chiisme, tué il y a 13 siècles dans une bataille qui devait symboliser le principal schisme dans l'islam.

Alors que plus d'un million de pèlerins commençaient à quitter la ville, à 110 km au sud de Bagdad, un obus est tombé sur la foule, blessant en outre 144 personnes, selon un nouveau bilan d'un responsable provincial du ministère de la Santé.

Pour sa part, le gouverneur de la province Amal Eddine al-Her a indiqué que "l'obus de mortier avait été tiré à partir d'une région agricole au nord-est de Kerbala et était tombé à Kantarat al Salam", à 3 km à l'est de la ville. Il a accusé Al-Qaïda, aidé des partisans du Baas de l'ancien dictateur Saddam Hussein, d'avoir commis cet attentat.

Mais une source au ministère de l'Intérieur a affirmé qu'il s'agissait de deux voitures piègées.

Deux autres attentats suicide avaient fait au moins 64 tués et plus de 250 blessés lundi et mercredi.

"Ces deux dernières semaines, il y a eu 10 millions de visiteurs dont 100.000 étrangers venus d'Iran, des pays du Golfe, de Syrie, du Liban, de Tanzanie, des Etats-Unis, de Norvège et de Belgique", a affirmé à l'AFP le gouverneur de Kerbala.

Vêtus de noir et portant des bannières de la même couleur à l'effigie de Hussein, les pèlerins ont défilé en procession en se frappant la poitrine ou la tête en signe de repentance pour ne pas avoir prêté main forte au petit-fils de Mahomet, tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid.

Comme la tradition veut que les pèlerins se rendent à pied vers Kerbala, le gouverneur a lancé un appel aux responsables des provinces de lui envoyer des bus pour permettre à la foule de rentrer chez elle.

"La province n'est pas en mesure de permettre le retour des pèlerins. Nous n'avons que 1.000 véhicules du ministère des Transports, 1.000 du ministère de la Défense, 100 du ministère de la Santé, 100 de la police et 100 des compagnies privées", a-t-il expliqué.

"Il faut créer un ministère pour les pèlerinages en Irak. Comme chaque année, nous souffrons de problèmes de transport. Celui qui vient à pied ne peut pas retourner chez lui de la même façon et moi je cherche un moyen de rentrer chez moi", s'est plaint Karim Jassem, 50 ans, originaire de Bassorah, dans le sud de l'Irak.

Cette cérémonie d'affliction doit prendre fin à la mi-journée après la prière du vendredi et les autorités provinciales vont "commencer à nettoyer la vieille ville et débarrasser les rues autour des mausolées des tonnes d'ordures qui se sont accumulées", selon le gouverneur.

"Je suis arrivé à pied il y a trois jours pour montrer aux terroristes que leurs actions ne nous empêcheront pas de visiter le mausolée de l'imam Hussein", a affirmé Jaber al-Tamimi, un Iranien originaire d'Ahwaz.

Si toute trace de propagande électorale a été bannie à un mois des législatives, la crise politique que traverse le pays était présente dans les esprits.

"Ces pèlerinages ont été bannis sous l'ancien régime", a affirmé Hussein al-Moussaoui, 40 ans, originaire de Kerbala. "Aujourd'hui, il y a des gens qui veulent le retour de ceux qui glorifient l'ancien régime et qui nient les tortures et l'oppression du passé. La décision des magistrats va dans ce sens."

Les deux grands courants chiites, l'Alliance nationale irakienne (ANI) composée notamment des partisans de Moqtada Sadr et du Conseil supérieur islamique d'Irak (CSII), ainsi que la Liste de l'Etat de droit du Premier ministre, ont fustigé la décision mercredi de sept juges, autorisant plus de 500 candidats, soupçonnés de sympathie envers le Baas, de participer aux législatives.

Première publication : 05/02/2010

  • IRAK

    Attentat meurtrier contre des pèlerins chiites près de Kerbala

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)