Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

EUROPE

Prison ferme pour deux Français ayant aidé des clandestins à entrer dans le pays

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2010

Une élue française de la région parisienne et son fils de 20 ans ont été condamnés à trois et cinq ans de prison ferme par un tribunal britannique. Tous deux ont reconnu avoir fait entrer 16 Vietnamiens au Royaume-Uni, en octobre dernier.

AFP - La conseillère municipale française Christiane Chocat a été condamnée à trois ans de prison vendredi par un tribunal de Portsmouth (sud), et son fils Benjamin à cinq ans, pour avoir aidé des immigrés clandestins à entrer au Royaume-Uni.

Les deux accusés avaient plaidé coupable d'avoir fait illégalement entrer 16 Vietnamiens sur le territoire britannique le 1er octobre. Ils n'ont donc pas fait l'objet d'un procès, comme le prévoit le système judiciaire britannique, et leur peine a été directement prononcée ce vendredi par le tribunal royal de Portsmouth.

Christiane Chocat, 51 ans, conseillère municipale à Lumigny-Nesles-Ormeaux en Seine-et-Marne, près de Paris, et son fils, Benjamin, 20 ans, avaient été interpellés dans le port de Portsmouth à leur descente du ferry en provenance de Cherbourg (ouest de la France). Ils avaient été maintenus en détention depuis lors.

Selon l'accusation, le fils était l'initiateur de l'opération: Mme Chocat "s'est impliquée en suivant un souhait mal avisé de prêter assistance à son fils", avait relevé le procureur Martyn Booth lors d'une audience préliminaire. "Elle a clairement joué un rôle en louant le véhicule".

Les clandestins, treize hommes et trois femmes, étaient dissimulés derrière des boîtes de nouilles aux crevettes dans une fourgonnette de location. Ils avaient été renvoyés en France.

Première publication : 05/02/2010

COMMENTAIRE(S)