Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : Bouteflika et Benflis ont voté, faible participation attendue

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

EUROPE

La campagne pour le second tour de la présidentielle s'achève dans un climat tendu

©

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2010

Alors que le scrutin de dimanche s'annonce serré, la campagne s'est terminée vendredi dans une atmosphère tendue, sur fond d'accusations réciproques. Des manifestations massives pourraient avoir lieu à l'issue du vote.

AFP - La campagne pour la présidentielle en Ukraine s'est achevée vendredi dans un climat tendu, laissant craindre des manifestations à l'issue du scrutin de dimanche qui s'annonce serré.

L'opposant pro-russe Viktor Ianoukovitch et le Premier ministre Ioulia Timochenko ont rassemblé leurs supporters dans le centre de Kiev.

"Je demande à Dieu de nous donner de la sagesse et je lui demande pardon pour tous les actes injustes et malhonnêtes commis par le pouvoir que je représentais aussi", a dit Mme Timochenko, dans une prière collective dans le centre de Kiev devant quelques centaines de ses partisans.

A quelques centaines de mètres de là, un concert pop était donné en l'honneur de son rival, qui l'a distancée de dix points au premier tour.

"L'heure de la victoire approche (...) Nous avons observé pendant cinq ans comment ils ont détruit le pays (...) Le peuple leur montrera un carton rouge et les enverra à la retraite politique", a lancé M. Ianoukovitch.

Les candidats ont ensuite pris une dernière fois la parole sur les plateaux de télévision, la campagne s'arrêtant à minuit (22H00 GMT).

Viktor Ianoukovitch a promis dans une émission télévisée grand public de lutter contre la corruption et plaidé en faveur d'une "presse libre et indépendante", avant d'ajouter que les informations publiées sur lui dans les médias "n'étaient pas vraies à 90%".

Les enjeux de la présidentielle ukrainienne



Invitée sur une autre chaîné, Mme Timochenko a quant à elle "demandé pardon" aux Ukrainiens si elle "n'étais toujours pas à la hauteur" de leurs attentes. "Mais mes valeurs n'ont pas changé", a-t-elle assuré.

Signe des tensions existantes après une campagne agressive, les services secrets ukrainiens (SBU) ont pour leur part annoncé dans la soirée l'arrestation d'un homme "en possession d'engins explosifs et d'armes à feu" qui "aurait pu vouloir commettre un crime au cours" des rassemblements électoraux.

A l'avant-veille du scrutin de dimanche, l'opinion semblait avant tout soucieuse d'en finir avec l'instabilité politique qui a miné le pays ces dernières années, sous la présidence de Viktor Iouchtchenko, héros de la Révolution orange, sans trop attendre de l'élection elle-même.

Cristallisant les inquiétudes, M. Iouchtchenko, battu au premier tour de la présidentielle le 17 janvier, a appelé les forces de l'ordre à se mobiliser pour "couper court à toute manifestation de terrorisme".

Ces derniers jours, les candidats se sont mutuellement accusés de préparer des fraudes électorales et Mme Timochenko a brandi la menace de manifestations massives.

Son rival a rejeté ces accusations et relativisé cette menace, estimant que son adversaire se comportait en perdante. "Les gens normaux n'iront pas" manifester, a commenté M. Ianoukovitch.

La précédente présidentielle en 2004 déboucha sur un soulèvement pacifique pro-occidental, baptisé Révolution orange, dont Mme Timochenko fut l'égérie. Des centaines des milliers d'Ukrainiens manifestèrent alors contre la "victoire" de M. Ianoukovitch, finalement invalidée pour fraudes.

La presse ukrainienne se perdait pour sa part vendredi en conjectures sur la possibilité de vastes manifestations après le vote, plus vraisemblables si l'écart entre les finalistes s'avère mince.

Le vice-ministre de l'Intérieur, Iouri Loutsenko, a affirmé de son côté que le Parti des régions de M. Ianoukovitch avait fait venir 2.000 anciens officiers de l'armée et des forces de l'ordre dans la région de Kiev.

"Ils planifient d'organiser de grands rassemblements à Kiev ou cherchent à paralyser les activités de structures administratives", a-t-il dit, selon Interfax Ukraine.
 

Première publication : 06/02/2010

  • UKRAINE - PRÉSIDENTIELLE

    Ianoukovitch et Timochenko s'affronteront au second tour de la présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)