Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

EUROPE

L'Allemagne souhaite une armée européenne contrôlée par le Parlement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2010

L'idée a été proposée par le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle lors de la 46e Conférence sur la sécurité de Munich. Pour lui, il s'agit de poursuivre la politique de défense commune promue par le traité de Lisbonne.

AFP - Le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle s'est fixé samedi à Munich, comme "objectif à long terme", la "mise sur pied d'une armée européenne sous plein contrôle parlementaire".

"L'objectif à long terme est la mise sur pied d'une armée européenne sous plein contrôle parlementaire", a-t-il déclaré devant la 46e Conférence sur la sécurité de Munich.

"L'UE doit assumer son rôle politique en tant qu'acteur mondial" et "réagir de manière souple et rapide" aux crises internationales, a-t-il souligné. "Nous voulons une gestion de crise européenne forte", a martelé M. Westerwelle.

Selon lui, le traité de Lisbonne a "ouvert un nouveau chapitre" d'une Union européenne "plus démocratique et parlementaire" mais "ne constitue pas une fin mais un début".

"Ce traité dessine une politique de sécurité et de défense commune" et "le gouvernement fédéral (allemand) veut poursuivre sur cette voie", a-t-il insisté.

M. Westerwelle s'exprimait en présence de la Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères Catherine Ashton, qui s'est jusqu'à présent montrée réservée et discrète sur les développements futurs de l'Europe de la défense.

La principale innovation du traité de Lisbonne en matière de défense est la possibilité de créer des "coopérations structurées permanentes" entre plusieurs pays pionniers sur des domaines militaires particuliers sans que l'unanimité des 27 ne soit requise.

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi avait également défendu, le 1er décembre, devant le premier président permanent du Conseil européen, le Belge Herman Van Rompuy, l'idée d'une "défense commune européenne", demandant à ce qu'elle figure en bonne place dans les projets de sa présidence.

Première publication : 06/02/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Les eurodéputés ne sont pas tendres avec Catherine Ashton

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)