Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

EUROPE

L'Ukraine élit le président de l'après-Révolution orange

©

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/02/2010

Les bureaux de vote ont ouvert ce matin dans une ambiance tendue alors que le duel s'annonce serré entre la pro-européenne Ioulia Timochenko, ancienne égérie de la Révolution orange, et le pro-russe Viktor Ianoukovitch.

 Après des semaines de campagne agressive et acharnée, c'est dans les urnes que se poursuit la bataille. Ioulia Timochenko, actuelle Premier ministre et égérie de la Révolution orange, et l'opposant pro-russe Viktor Ianoukovitch n'ont pas hésité à recourir aux insultes et aux accusations dans leur course à la présidence, instillant un climat tendu.

 Les électeurs, appelés à se rendre aux urnes depuis l'ouverture des bureaux de vote ce matin, le font sans enthousiasme. Au premier tour, un tiers des électeurs ne s'étaient pas déplacés. "Les Ukrainiens sont totalement désillusionnés, et cette désillusion est à la hauteur des espoirs suscités par la Révolution orange il y a 5 ans. Ils ne croient plus en leur classe politique", explique Virgine Herz, l'envoyée spéciale de FRANCE 24 à Kiev. "Beaucoup de gens sont désabusés, ils n'ont envie ni de l'un ni de l'autre candidat, confirme Annie Daubenton, chercheuse indépendante et spécialiste de l'Ukraine. Il faut dire que les attentes après la Révolution orange étaient très élevées pour un pays qui n'est indépendant que depuis 15 ans."

En novembre 2004, des centaines de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue pour contester la victoire au second tour de Viktor Ianoukovitch, accusé de fraudes, et obtenir celle de leur champion, Viktor Iouchtchenko. Depuis, Iouchtchenko et Timochenko, les deux alliés d'alors, n'ont cessé de se neutraliser mutuellement, plongeant le pays dans une paralysie politique complète. Les réformes institutionnelles promises n'ont pas eu lieu et la corruption continue à gangréner le pays.

 Sur le plan économique, l'Ukraine a été largement affectée par la crise économique : son PIB a chuté de 15 % en 2009 et la valeur de la monnaie nationale a dégringolé de 60 % depuis fin 2008. Sur le plan diplomatique, la présidence Iouchtchenko a été marquée par les crises à répétition avec la Russie au sujet du prix du gaz.

 "La situation peut déraper"

 Aujourd'hui, les deux candidats promettent à la fois d'améliorer les relations avec Moscou et de renforcer la coopération économique avec l'Europe. Un discours qui cache pourtant de réelles différences, selon Anne Daubenton. "Il y a des différences politiques fondamentales, même si les candidats intervertissent leur discours. Timochenko est évidemment beaucoup plus européenne et ouverte à l'Ouest, alors que les priorités de Ianoukovitch sont le rapprochement avec Moscou, l'officialisation de la langue russe, et donc globalement l'apaisement des relations avec le 'grand frère' notamment au sujet du gaz."

Si Ianoukovitch a remporté le premier tour avec dix points d'avance, l'issue du vote de ce dimanche reste largement incertaine et rien ne garantit que le candidat malheureux de 2004 puisse faire son grand retour. Le résultat, certainement très serré, pourrait donner lieu à des manifestations. "La situation est très convulsive à Kiev et le scrutin risque d'être extrêmement subversif, constate Anne Daubenton. Chaque candidat va revendiquer des phénomènes de fraudes et de malversations et essayer de jouer sur l'opinion publique."

 Timochenko a déjà promis d'aller manifester avec ses partisans si des fraudes étaient averées. Viktor Ianoukovitch prépare pour lundi une manifestation de 50 000 personnes devant la Commission électorale centrale à Kiev, a annoncé dimanche le ministère de l'Intérieur. "A Kiev, des manifestations très organisées ont lieu depuis plusieurs jours. Elles sont tumultueuses, peu pacifiques, et la situation pourrait déraper à la moindre provocation", craint Anne Daubenton.

Les enjeux de la présidentielle ukrainienne

 

 

 

 

Première publication : 07/02/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)