Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Asie - pacifique

Après la Prius, Toyota pourrait aussi rappeler des Sai et des Lexus

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2010

Selon le quotidien "Nikkei", le constructeur japonais s'apprête à battre le rappel de 8 000 Sai et de 20 000 Lexus - au Japon et à l'étranger. En cause : les mêmes problèmes de freins déjà constatés sur la Prius.

AFP - Le constructeur automobile japonais Toyota, qui envisage le rappel de plusieurs centaines de milliers de voitures Prius en raison de problèmes de freins, pourrait également rappeler les modèles hybrides Sai et Lexus HS250h, a affirmé lundi le quotidien Nikkei.

Selon le journal, qui ne cite pas de source, cette mesure concernerait quelque 28.000 voitures au Japon et à l'étranger (8.000 Sai et 20.000 Lexus), dotées des mêmes technologies de freinage que la Prius.

Toyota a reconnu la semaine dernière l'existence d'un défaut dans la nouvelle version de la Prius, lancée l'an dernier. Par temps froid, les freins peuvent agir avec retard. Le constructeur a dit envisager un rappel, mais n'a encore annoncé aucune décision officielle à ce sujet.

Selon les médias nippons, quelque 300.000 Prius devront retourner au garage pour faire réparer ce défaut.

Ce problème s'ajoute aux plus de huit millions de rappels que Toyota a dû annoncer dans le monde depuis l'automne en raison de problèmes affectant la pédale d'accélération de plusieurs modèles.


Toyota a indiqué avoir reçu 77 plaintes au Japon concernant la dernière version de la Prius, un véhicule "hybride" (électricité et essence) qui est le plus vendu par la marque au Japon.

Le responsable du contrôle de qualité, Hiroyuki Yokoyama, a reconnu l'existence d'un défaut dans le système de freinage hydraulique, qui peut, par temps froid, agir avec retard. "Le frein est lent mais si on continue à appuyer sur la pédale, la voiture s'arrête", a-t-il dit.

Toyota a dû rappeler depuis l'automne plus de huit millions de véhicules dans le monde en raison d'une pédale d'accélérateur défectueuse et d'un tapis de sol amovible qui a tendance à s'accrocher aux pédales.

Le géant nippon fait désormais l'objet d'une plainte en nom collectif aux Etats-Unis l'accusant d'avoir dissimulé "pendant plusieurs années les problèmes d'accélération involontaires", a indiqué le cabinet Burg Simpson, à l'origine de la plainte.

La plainte, déposée au nom d'un automobiliste du Colorado, demande une compensation financière pour tous les résidents de cet Etat de l'ouest des Etats-Unis qui possèdent une des voitures concernées par ces rappels.

Toyota est déjà dans le collimateur du ministre américain des Transports, Ray LaHood.

"Si vous possédez un véhicule (Toyota), cessez de le conduire, apportez-le chez un concessionnaire pour le faire réparer", a-t-il déclaré mercredi devant le Congrès. Il a ensuite tempéré quelque peu ces propos qui ont déclenché une polémique aux Etats-Unis, où l'Etat possède 60% de General Motors, le premier constructeur américain concurrent de Toyota.

Selon la NHTSA, M. LaHood a appelé mercredi soir le président de Toyota, Akio Toyoda. Ce dernier l'a "rassuré sur le fait que Toyota prend les préoccupations américaines sur la sécurité au sérieux et place la sécurité au premier rang de ses priorités".

Malgré cette crise, Toyota a créé la surprise jeudi en relevant fortement ses prévisions financières annuelles. Cette décision a étonné les analystes, dont la plupart avertissent que le coût de cette crise pour Toyota, notamment en termes d'image de marque, sera très élevé.

A la Bourse de Tokyo, l'action Toyota a terminé jeudi sur une nouvelle chute de 3,52% à 3.280 yens. Depuis le 21 janvier, la valeur boursière du groupe a fondu de près de 22%.

Première publication : 08/02/2010

  • AUTOMOBILE

    Toyota confronté à une plainte collective aux États-Unis

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    Malgré ses déboires, Toyota affiche une bonne santé financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)