Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

Afrique

Le vice-président Goodluck Jonathan accepte de présider le pays par intérim

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2010

Le vice-président nigérian Goodluck Jonathan a accepté la requête du Parlement qui lui a demandé de remplacer temporairement le chef de l'État, Umaru Yar'Adua, hospitalisé en Arabie saoudite depuis le 23 novembre.

AFP - Le vice-président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a annoncé qu'il acceptait de présider temporairement la nation, comme l'avait requis mardi le parlement, en raison de l'absence prolongée du chef de l'Etat hospitalisé à l'étranger.

"Les circonstances dans lesquelles je me retrouve aujourd'hui, à assurer la fonction de président par intérim de notre pays, ne sont pas habituelles", a déclaré M. Jonathan dans une allocution télévisée.

Mardi, les deux chambres de l'Assemblée nationale, le Sénat et la chambre des représentants, ont adopté chacune une résolution prévoyant que M. Jonathan assure l'intérim à la présidence, le chef de l'Etat Umaru Yar'Adua étant hospitalisé en Arabie saoudite depuis le 23 novembre pour une affection au coeur.

Elles voulaient ainsi mettre un fin à des mois d'incertitude à la tête du pays le plus peuplé d'Afrique avec 150 millions d'habitants.
 

Première publication : 09/02/2010

COMMENTAIRE(S)