Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

Afrique

Le vice-président Goodluck Jonathan accepte de présider le pays par intérim

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2010

Le vice-président nigérian Goodluck Jonathan a accepté la requête du Parlement qui lui a demandé de remplacer temporairement le chef de l'État, Umaru Yar'Adua, hospitalisé en Arabie saoudite depuis le 23 novembre.

AFP - Le vice-président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a annoncé qu'il acceptait de présider temporairement la nation, comme l'avait requis mardi le parlement, en raison de l'absence prolongée du chef de l'Etat hospitalisé à l'étranger.

"Les circonstances dans lesquelles je me retrouve aujourd'hui, à assurer la fonction de président par intérim de notre pays, ne sont pas habituelles", a déclaré M. Jonathan dans une allocution télévisée.

Mardi, les deux chambres de l'Assemblée nationale, le Sénat et la chambre des représentants, ont adopté chacune une résolution prévoyant que M. Jonathan assure l'intérim à la présidence, le chef de l'Etat Umaru Yar'Adua étant hospitalisé en Arabie saoudite depuis le 23 novembre pour une affection au coeur.

Elles voulaient ainsi mettre un fin à des mois d'incertitude à la tête du pays le plus peuplé d'Afrique avec 150 millions d'habitants.
 

Première publication : 09/02/2010

COMMENTAIRE(S)