Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

Afrique

Vingt ans après la libération de Nelson Mandela, les inégalités perdurent

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2011

Pour des millions de Sud-Africains, la politique de discrimination positive pratiquée par le gouvernement pour rééquilibrer les richesses du pays entre noirs et blancs reste une abstraction qui n'a profité qu'à quelques-uns.

Vingt ans après la libération de Nelson Mandela et la chute du régime d’apartheid, les inégalités entre noirs et blancs restent très prononcées en Afrique du Sud.

Le "Black Economic Empowerment" (ECC), mesure lancée en 1994 par Pretoria pour rééquilibrer la répartition des richesses au sein de la population, reste un mirage pour des millions de personnes.

Certes, une poignée de noirs a tiré profit de cette politique, à l'image de Carmen Stevens, la toute première viticultrice noire du pays, dont les vins Amani ont remporté plusieurs prix internationaux. Mais sa réussite professionnelle fait figure d'exception.

Beaucoup de Sud-Africains s'estiment en effet laissés pour compte. "Pour nous, les choses n'ont pas trop changé depuis 1994. Bien sûr, on peut aller dans n’importe quel restaurant et on peut acheter ce que l'on veut, reconnaît Michael Feltsman, agent immobilier. Mais, sur le marché du travail, il n'y a pas de sécurité de l'emploi et on n'a aucune garantie. Et puis notre système de santé n’est pas le meilleur. Quant à l'éducation, ce n'est pas mieux."

Paradoxalement, l'économie sud-africaine, incapable de réduire la grande pauvreté, reste la plus solide du continent. 

Première publication : 10/02/2010

COMMENTAIRE(S)