Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Asie - pacifique

Anniversaire de la révolution islamique sous haute tension à Téhéran

Vidéo par Karina CHABOUR , Rebecca BOWRING

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2010

L'Iran célèbre le 31e anniversaire de la révolution islamique dans un contexte politique extrêmement tendu et sous haute surveillance policière. Plusieurs leaders de l'opposition auraient été pris pour cible par les forces de sécurité.

Sur les Observateurs

A l'occasion du 31e anniversaire de la République islamique, une foule immense s'est rassemblée sur la grande place Azadi (Liberté) et dans les avenues environnantes du sud-ouest de Téhéran, agitant des drapeaux iraniens vert, blanc, rouge, et des pancartes proclamant "Mort à Israël" et "Mort à l'Amérique", selon les images de la télévision d'Etat.

Alors que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, prononçait un discours, dans lequel il défie l'Occident sur la question du nucléaire, deux chefs de l'opposition ont été attaqués en marge du rassemblement officiel.

Montée en puissance de la contestation

D’après plusieurs sites d’opposition, les rassemblements ont donné lieu, à Téhéran ainsi qu’à Shiraz, Mashad et Ispahan, dans le centre du pays, à plusieurs affrontements, apparemment isolés mais parfois violents, entre les forces de l'ordre, massivement déployées, et des partisans de l'opposition qui tentaient de profiter de l'occasion pour manifester.

À regarder sur France 24

Deux chefs de l'opposition, Mohammad Khatami et Mehdi Karoubi, ont été agressés, sans être blessés, par des hommes en civil alors qu'ils se rendaient aux manifestations, selon le fils de Mehdi Karoubi et les sites Internet d'opposition Rahesabz et Jabaz.

Un autre site de l'opposition, La Voix verte de l'Iran, rapporte que les forces de sécurité ont tiré des coups de feu et des cartouches de gaz lacrymogène contre des partisans de l'opposant Mir Hossein Moussavi regroupés dans le centre de la capitale.

"Le chef de la police avait prévenu qu’elle agirait avec fermeté contre toute manifestation de l’opposition, confirme à FRANCE 24 Shiavosh Ghazi, correspondant de l’AFP à Téhéran. Une source anonyme affirme que toute personne arrêtée aujourd’hui sera enfermée au moins deux mois."

Des "partisans alimentaires"

Les milliers de manifestants scandaient des slogans affirmant leur "soumission" au guide de la République islamique, Ali Khamenei, a indiqué la télévision en affirmant que des "millions" d'Iraniens étaient venus à Téhéran et dans d'autres villes d'Iran "manifester l'unité de la nation".

Une liesse qui reste toute relative, selon Michel Taubmann, auteur de "Histoire secrète de la révolution iranienne" (éd. Denoël, 2009). "Il faut savoir qui sont ces gens qui agitent des drapeaux jaunes pour le pouvoir : ce sont des gens à qui on a payé le voyage pour être là, des partisans alimentaires de la République islamique, explique-t-il. Derrière les cérémonies officielles, le mur est fissuré."

Des manifestations à répétition

Ces célébrations interviennent alors que la République islamique traverse une grave crise politique depuis la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009. Des manifestations à répétition de l'opposition ont entraîné des dizaines de morts et des milliers d'arrestations dans tout le pays.

Le 27 décembre 2009, jour sacré de l’Achoura pour les chiites, huit personnes ont été tuées et des centaines d’autres arrêtées lors de rassemblements. Les autorités accusent régulièrement les manifestants d’être à la solde de puissances étrangères et de vouloir renverser le régime.

Depuis les autorités ont exécuté deux opposants et en ont condamné dix à la peine capitale. Au total, 12 personnes ont été condamnées à mort pour leur implication dans des manifestations de l'opposition.

Éléments d'histoire

En février 1979, après 15 années d’exil, l’ayatollah Khomeiny profitait du renversement du shah par le peuple pour prendre le pouvoir. Il remplace alors la monarchie par une théocratie reposant sur des principes énoncés par des juristes islamistes. Khomeiny restera le leader suprême iranien jusqu’à sa mort en 1989.

Dans ce contexte tendu, le pouvoir avait averti qu'il ne tolèrerait pas de voix discordantes lors de ces manifestations traditionnellement destinées à afficher la force et la popularité du régime islamique.

"La police a pris des mesures pour que les cérémonies se déroulent dans le calme et la sécurité, a déclaré un responsable officiel non identifié cité jeudi par l'agence Fars. Si certains veulent profiter de la présence massive de la population, la police interviendra fermement."
 

Première publication : 11/02/2010

  • IRAN

    Le président Ahmadinejad souhaite tripler la production d'uranium de Téhéran

    En savoir plus

  • IRAN

    Washington vise la Révolution islamique au portefeuille

    En savoir plus

  • IRAN

    Houchang Nahavandi : "L'ancien régime avait des points faibles, celui-ci n'a que des points faibles !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)