Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

Rencontre avec Christo Brand, geôlier et ami de Nelson Mandela

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2011

Au cours des 27 années qu'il a passées en prison, Nelson Mandela s'est lié d'amitié avec l'un de ses geôliers, Christo Brand. Notre correspondante en Afrique du Sud, Caroline Dumay, l'a rencontré.

Nelson Mandela a passé la plus grande partie de sa détention - qui a duré 27 ans au total - sur l’île de Robben Island, au large du Cap. Au fil des ans, celui-ci a développé une relation amicale avec Christo Brand, l’un de ses geôliers.

Un lien qui s’est maintenu bien après la libération de Madiba, le 11 février 1990. Nelson Mandela a ainsi invité son ex-gardien de prison au dîner qu’il a organisé pour célébrer le vingtième anniversaire de sa remise en liberté.

Aujourd'hui, Christo Brand travaille toujours à Robben Island, en tant que responsable de la boutique de souvenirs. Il ne manque jamais de montrer aux visiteurs la petite cellule où son ami a passé 18 ans de sa vie.

Depuis 1997, les touristes affluent en nombre sur l'île, qui est devenue un lieu de pélerinage. Deux mille visiteurs y débarque tous les jours.

Première publication : 11/02/2010

COMMENTAIRE(S)