Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

Afrique

Rencontre avec Christo Brand, geôlier et ami de Nelson Mandela

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2011

Au cours des 27 années qu'il a passées en prison, Nelson Mandela s'est lié d'amitié avec l'un de ses geôliers, Christo Brand. Notre correspondante en Afrique du Sud, Caroline Dumay, l'a rencontré.

Nelson Mandela a passé la plus grande partie de sa détention - qui a duré 27 ans au total - sur l’île de Robben Island, au large du Cap. Au fil des ans, celui-ci a développé une relation amicale avec Christo Brand, l’un de ses geôliers.

Un lien qui s’est maintenu bien après la libération de Madiba, le 11 février 1990. Nelson Mandela a ainsi invité son ex-gardien de prison au dîner qu’il a organisé pour célébrer le vingtième anniversaire de sa remise en liberté.

Aujourd'hui, Christo Brand travaille toujours à Robben Island, en tant que responsable de la boutique de souvenirs. Il ne manque jamais de montrer aux visiteurs la petite cellule où son ami a passé 18 ans de sa vie.

Depuis 1997, les touristes affluent en nombre sur l'île, qui est devenue un lieu de pélerinage. Deux mille visiteurs y débarque tous les jours.

Première publication : 11/02/2010

COMMENTAIRE(S)