Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Sports

France-Irlande : l'avis des experts

Texte par Thibault LIEURADE , Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 12/02/2010

Avant le match France-Irlande, FRANCE 24 a demandé à un ancien joueur de chacune des deux sélections et à deux journalistes, l'un Français, l'autre Irlandais, leur point de vue sur la rencontre de samedi.

"Il faudra que notre défense les écœure"
Didier Camberabero, ouvreur et buteur du XV de France de 1982 à 1991 (36 sélections)


"On est dans l’inconnu. Pour son premier match, la France a battu  l’Écosse, qui n’est pas une grosse équipe. Les Bleus ont fait une bonne première mi-temps. Mais la deuxième période, ils avaient un peu les mains en haut du guidon... L’Irlande a joué le même genre de match face à l’Italie, un adversaire nettement plus faible qu'elle. Les deux équipes ont donc un peu caché leur jeu. Pour battre ces Irlandais, il faudra être performant en défense et en mêlée, comme le XV de France l’a été dimanche dernier, et surtout ne pas se relâcher. En 2006, les Bleus  menait 43-3 à la 50e minute, en marquant beaucoup d’essais en contre, puis les visiteurs étaient revenus et avaient failli les battre [score final : 43-31, ndlr]. J’imagine que le XV de France a retenu la leçon. L’Irlande est une équipe qui peut envoyer du jeu et se montrer dangereuse en toutes circonstances. Samedi, il faudra que notre défense les écœure…"


"L’Irlande a les moyens de s’imposer si elle est au top"
Tony Ward, ouvreur et buteur de l’Irlande de 1978 à 1987 (19 sélections)

"Le week-end dernier, l’Irlande n’a pas vraiment convaincu contre l’Italie. Mais cette victoire aura au moins servi à entretenir la dynamique victorieuse après leur Grand Chelem l’an passé. Dimanche, les joueurs irlandais ont regardé le match Écosse-France, et ils ont rapidement compris qu’ils trouveront, samedi à Saint-Denis, un XV de France bien en place et ultra-motivé. Mais l’Irlande a les moyens de s’imposer si elle est au top."


"L’Irlande est un gros client, mais je reste optimiste"
Jérôme Prévot, journaliste à l’hebdomadaire "Midi Olympique"

"Je suis raisonnablement optimiste. La France a gagné à l’extérieur contre l’Écosse en marquant deux essais, en en manquant deux de très peu, et surtout sans en encaisser. L’Irlande, c’est sûr, est un gros client. Ils ont quand même remporté leurs 12 derniers matchs ! La sélection peut s’appuyer sur l’expérience de ses joueurs, à l’image de Brian O’Driscoll. Les joueurs ont l’habitude des grands rendez-vous, que ce soit en sélection ou avec les provinces. C’est sûr, l’Irlande ne va pas être ridicule à Paris. Même si je reste optimiste, il n’est pas absurde d’imaginer qu’on va perdre de 4 ou 5 points."


"L’Irlande doit empêcher les Français de déployer leur jeu"
Hugh Farelly, journaliste au quotidien "Irish Independent"


"L’Irlande doit s’efforcer de contrôler le match et ne pas laisser les Français déployer leur jeu. Le XV de France compte de nombreux joueurs de grande qualité. Je pense notamment à Imanol Harinordoquy, qui est probablement le meilleur numéro 8 du monde quand il joue à son meilleur niveau. Contre l’Écosse, il m’a impressionné. En défense, Fulgence Ouedraogo ou encore Thierry Dussautoir, très puissants, risquent de nous donner du fil à retordre. Pour ce qui est de l’attaque, inutile de vous dire que la présence sur le terrain de Vincent Clerc nous rend un peu nerveux ! Quant à Mathieu Bastareaud, même s’il lui reste encore quelques défauts à corriger, notamment en termes de mobilité, c’est un très grand joueur pour son âge. Mais l’Irlande débarque à Paris après 12 succès consécutifs. L’entraîneur Declan Kindney réussit vraiment bien à la sélection et, psychologiquement, les joueurs sont prêts. Je suis optimiste et pronostique une courte victoire irlandaise."


 

Première publication : 12/02/2010

  • UN MATCH, UNE HISTOIRE

    Vincent Clerc, le cauchemar irlandais (2007)

    En savoir plus

  • TOURNOI DES VI NATIONS

    Les joueurs du Stade Français saluent la performance de Bastareaud chez les Bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)