Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

EUROPE

Pour son baptême du feu, Van Rompuy peine à faire entendre sa voix

©

Vidéo par Caroline DE CAMARET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2010

Problèmes techniques de micro et mauvaise organisation ont compliqué la tâche du nouveau président de l'UE, Herman Van Rompuy, alors qu'il s'exprimait à la fin de son premier sommet des chefs d'État et de gouvernement européens.

AFP - L'Union européenne a du mal à se faire entendre et ce n'est pas toujours à cause de communiqués alambiqués ou trop technocratiques: il suffit parfois d'un simple incident de micro pour faire dérailler la machine.

Le président de l'UE, le Belge Herman Van Rompuy, qui présidait jeudi son premier sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens en a fait à deux reprises l'amère expérience.

"Le baptême du feu de Van Rompuy est un peu raté"

Tout a commencé en début d'après-midi. Accompagné du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, M. Van Rompuy sort de la bibliothèque Solvay, le bâtiment où étaient réunis les dirigeants européens, pour faire une brève déclaration solennelle et très attendue sur la Grèce.

Dans un froid glacial, M. Van Rompuy lit son communiqué d'abord en anglais, puis en français. Il faut tendre l'oreille pour comprendre ce que dit le président de l'UE, la bise couvre sa voix.

La lecture terminée, un technicien s'approche et explique à M. Van Rompuy qu'il se tenait trop loin des micros. Il faut faire une seconde prise. Las, cette fois le micro est trop près et se fait indiscret. On entend M. Van Rompuy glisser, en français, à l'oreille de M. Barroso: "je ne lis la déclaration qu'en anglais... On va attraper un froid".

A l'issue de la réunion des dirigeants européens, c'est encore à M. Van Rompuy, toujours accompagné de M. Barroso, de présenter le résultat des travaux du sommet au cours de la traditionnelle conférence de presse de clôture.

D'une façon un peu grandiloquente, son porte-parole souhaite la bienvenue aux journalistes pour "la première conférence de presse de la première réunion informelle des chefs d'Etat et de gouvernement sous le traité de Lisbonne".

"Mesdames, messieurs, je suis heureux de vous revoir", dit M. Van Rompuy avant que sa voix ne s'éteigne. "Est-ce que le micro est ouvert?", s'inquiète M. Van Rompuy. Apparemment pas. Le président de l'UE et le chef de l'exécutif européen tapotent leurs micros capricieux.

"Ca ne marche pas?", "Ca marche ici?" "C'est ici le problème?" peut-on entendre malgré tout. Après plus d'une minute de flottement, les techniciens parviennent à régler correctement le son. La conférence de presse peut commencer.
 

Première publication : 12/02/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Herman van Rompuy, un président symbole de compromis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)