Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

L'opposition dénonce le "coup d'État" de Gbagbo

Vidéo par Pauline SIMONET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2010

Au lendemain de la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante par le président, l'opposition a décidé ne plus reconnaître Laurent Gbagbo comme chef de l'État et appelle à "s'opposer par tout moyen à cette dictature".

AFP - L'opposition ivoirienne a dénoncé samedi un "coup d'Etat", au lendemain de la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante (CEI) par le président Laurent Gbagbo, et a appelé à "s'opposer par tout moyen à cette dictature".

La double dissolution "constitue un véritable coup d'Etat", a accusé l'opposition réunie dans le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), dans une déclaration à Abidjan.

Le RHDP "ne reconnaît plus M. Laurent Gbagbo comme chef de l'Etat de Côte d'Ivoire" et "ne reconnaîtra ni la nouvelle CEI ni le nouveau gouvernement en formation selon les termes de M. Laurent Gbagbo".

Analyse de N. Navarro, correspondant d'RFI à Abidjan



La coalition, qui réunit notamment le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ancien président Henri Konan Bédié et le Rassemblement des républicains (RDR) de l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, a appelé à "s'opposer par tout moyen à cette dictature".

M. Gbagbo a créé un choc en annonçant vendredi soir la dissolution du gouvernement et de la CEI, après plus d'un mois de crise autour de la commission chargée d'organiser la présidentielle.

Ce scrutin reporté depuis 2005 est censé clore la crise née du coup d'Etat manqué de 2002, qui a coupé le pays en un nord rebelle et un sud loyaliste.

Le président a reconduit Guillaume Soro, leader de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), au poste de Premier ministre qu'il occupe à la suite de l'accord de paix de 2007.

M. Soro doit présenter lundi un nouveau gouvernement et avant la fin de la semaine prochaine le "format" d'une nouvelle CEI.

Le chef de la commission dissoute, Robert Beugré Mambé, qui appartient à l'opposition, est accusé par M. Gbagbo et le parquet de "fraude" sur la liste des votants. Soutenu par son camp, il récusait toute irrégularité et refusait de démissionner.

Depuis la semaine dernière, ce blocage à la CEI s'était accompagné de violences dans certaines localités. Des manifestants d'opposition protestaient contre des procès en radiation d'étrangers présumés de la liste, et accusaient le parti au pouvoir.

Dans sa ferme déclaration, le RHDP a plaidé pour l'application de l'accord de 2007, signé par le camp Gbagbo et les FN et parrainé par le président burkinabè Blaise Compaoré, en vue du "retour de la paix en Côte d'Ivoire".

Fortement représentée dans le gouvernement précédent et majoritaire dans l'ancienne CEI, l'opposition semble confirmer que, sauf retournement de situation, elle ne fera pas partie de la nouvelle équipe ministérielle.

Le chef de l'Etat a dit avoir voulu sauver un processus de paix "pris en otage par des partis politiques" et annoncé un "gouvernement de sortie de crise".

L'idée d'un cabinet restreint a été avancée depuis vendredi. Il serait composé "essentiellement de technocrates", selon le quotidien d'Etat Fraternité-Matin. L'hypothèse, déjà ancienne, d'un gouvernement associant uniquement hommes de M. Gbagbo et fidèles de M. Soro a également été évoquée.

La tournure prise par la "sortie de crise" n'a pour l'heure apparemment pas suscité de tensions particulières dans le pays. Dès vendredi, les forces de sécurité avaient été mises en état d'alerte.

La date de l'élection présidentielle, reportée six fois depuis la fin du mandat de M. Gbagbo en 2005, reste dans ces conditions un mystère.

Officiellement, le scrutin reste prévu pour "fin février-début mars", une échéance rendue à l'évidence caduque par la dernière crise.

Fin janvier, le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé sa tenue avant juin.

 

Première publication : 13/02/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Pour Gbagbo, "l'opposition est la maîtresse de la commission électorale"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo est officiellement candidat à la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)