Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

Economie

Les syndicats d'Ikea appellent à la grève pour de meilleurs salaires

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2010

Le conflit se durcit dans les magasins français du vendeur de meubles suédois. Les négociations sur les salaires s'enlisant, les syndicats appellent à une grève nationale illimitée ce week-end, dans tous les magasins de l'Hexagone.

AFP - Seize magasins Ikea, dont celui de Franconville (Val d'Oise) totalement fermé, étaient touchés samedi par un mouvement de grève sans précédent visant à faire plier le géant suédois de l'ameublement sur les salaires du personnel.

En fin de matinée, la direction a recensé quelque 500 grévistes parmi les 5.500 salariés devant travailler ce jour, essentiellement à Franconville (Val d'Oise), magasin qui n'a pas ouvert, Paris Nord (Val d'Oise), Thiais et Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne).

La CGT, qui évoque "un mouvement massif", a elle dénombré plus de 50% de grévistes.

"Tous les services sont ouverts sauf à Franconville", a souligné une porte-parole du groupe, qui compte 8.800 salariés en France.

Mardi déjà, trois magasins n'avaient pas pu ouvrir leurs portes.

La co-directrice du magasin du Val d'Oise, Claire Héry, a justifié la fermeture par "des menaces d'actions spectaculaires des organisations syndicales qui font pression sur les non-grévistes".

Plusieurs responsables syndicaux dénoncent au contraire des "pressions" des directions locales sur les salariés.

A Paris Nord, une cinquantaine de grévistes se sont installés tôt samedi dans le hall sur des canapés et devant l'entrée, accueillant dans une ambiance sonore et bon enfant les clients, a constaté un journaliste de l'AFP.

La clientèle ne semblait pas dérangée outre mesure: ce mouvement "ne me gêne pas, je comprends" les salariés, confiait Eric Bouteiller, venu avec son épouse pour l'achat de meubles.

A Plaisir (Yvelines), une soixantaine de personnes scandaient dans un froid glacial "respecter les employés" et "Plaisir ne bougera pas".

A Roques-sur-Garonne, près de Toulouse, une quarantaine de grévistes portaient une banderole "Ikea en grève". "Le magasin tourne au ralenti avec les cadres et les CDD", selon la CFDT.

A Marseille, une vingtaine de salariés, selon le même syndicat, ont sensibilisé "clients et non-grévistes" sur "les conditions de travail dégradées et la perte des valeurs de partage" dans l'entreprise.

"Depuis la prise en main d'Ikea par une holding, il y a une vingtaine d'années, c'est la course aux bénéfices alors que notre fondateur Ingvar Kamprad avait une fibre sociale plus développée", estime Henri Bru, un ancien de la maison.

Déçus par les propositions d'augmentation de salaire, FO, CGT et CFDT ont appelé jeudi soir à une grève immédiate, qu'ils qualifient "d'historique". Ils réclament une hausse générale des rémunérations de 4%.

Ikea a proposé pour les employés une augmentation collective de 1% et une hausse individuelle liée aux performances de 1%. Pour les cadres, l'enveloppe d'augmentation individuelle s'élèverait à 2%, sans augmentation générale, avec une hausse de 5% du forfait dimanche.

Leur précédente proposition était une augmentation moyenne de 1,2% sur la base de hausses individuelles ou au mérite, sans hausse générale.

Le mouvement de protestation a commencé par une grève locale samedi dernier. La situation s'est tendue avec l'occupation par intermittence, à partir de lundi, du siège social du groupe à Plaisir (Yvelines). Depuis vendredi après-midi, le siège n'est plus occupé.

Une nouvelle réunion "d'échanges" portant sur les conditions de travail est prévue lundi avec les syndicats.

Le PS a estimé que cette grève était "symptomatique du blocage des salaires en France" et s'est "indigné" de "l'absence de propositions" du gouvernement en matière salariale.

Première publication : 13/02/2010

COMMENTAIRE(S)