Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Timochenko veut contester en justice le scrutin présidentiel

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2010

Prenant pour la première fois la parole depuis la présidentielle du 7 février remportée par Viktor Ianoukovitch, le Premier ministre Ioulia Timochenko a assuré samedi qu'elle contesterait en justice le scrutin, "falsifié" selon elle.

AFP - Le Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko a annoncé samedi qu'elle entendait contester en justice le résultat de l'élection présidentielle de dimanche, ouvrant une nouvelle ère d'incertitude dans un pays exténué par les crises politiques à répétition des dernières années.

"L'élection en Ukraine a été falsifiée", a lancé Mme Timochenko dans une déclaration télévisée à la Nation samedi soir, commentant pour la première fois directement l'annonce des résultats officiels du scrutin du 7 février qui la donnent perdante face à Viktor Ianoukovitch.

"Dans l'ensemble de l'Ukraine, les fraudes potentielles dépassent le million de voix. Ces voix sont tout à fait suffisantes pour notre victoire commune", a-t-elle lancé, alors que son écart avec M. Ianoukovitch s'élève à moins de 890.000 suffrages, soit 3,5 points de pourcentage.

"N'ayez aucun doute: nous avons gagné", a assuré Mme Timochenko. "Mais nos adversaires (...) comprenaient parfaitement qu'ils n'avaient aucune chance d'obtenir le soutien de la majorité des gens par la voie légitime".

"J'ai pris l'unique décision possible, celle de contester le résultat du vote au tribunal. Je vais défendre notre Etat et votre choix en m'appuyant sur des arguments juridiques", a poursuivi le Premier ministre.

"Ne pas aller au tribunal aujourd'hui signifie rendre l'Ukraine à la criminalité sans combat", a-t-elle encore lancé.

Son entourage avait déjà laissé entendre ces derniers jours qu'elle ne reconnaîtrait pas sa défaite, mais le Premier ministre, habituellement adepte d'un style flamboyant, s'était tenue à l'écart des caméras presque toute la semaine, entretenant le suspense sur ses intentions.

"Ianoukovitch n'est pas notre président et, quelles que soient les circonstances, il ne deviendra jamais un président d'Ukraine élu de façon légitime", a encore martelé la chef du gouvernement.

Le scrutin avait été jugé libre et honnête par les observateurs internationaux, mais Mme Timochenko a affirmé que "certains observateurs de l'OSCE" s'étaient déclarés prêts à témoigner de "fraudes systémiques" devant les tribunaux.

Elle a toutefois ajouté qu'elle n'avait pas l'intention d'organiser des protestations massives, comme celles qui avaient marqué la Révolution orange de 2004 et avaient ouvert la voie à une victoire du président actuel Viktor Iouchtchenko face à Viktor Ianoukovitch.

A l'époque, des centaines de milliers d'Ukrainiens étaient descendus dans la rue pour contester le résultat du 2e tour, qui annonçait la victoire de M. Ianoukovitch. Le mandat de M. Iouchtchenko a par la suite été marqué par une série de crises politiques, qui ont profondément déçu les Ukrainiens.

"Je ne vais pas rassembler le Maïdan (haut lieu de la Révolution, ndlr) et ne permettrai pas d'affrontements. L'Ukraine a plus que jamais besoin de stabilité et de calme", a assuré Mme Timochenko, qui n'avait pourtant pas hésité à brandir la menace d'une Révolution bis avant l'élection de dimanche.

M. Ianoukovitch à remporté l'élection avec 48,95% des suffrages contre 45,47% à Mme Timochenko, selon les résultats officiels préliminaires. Il a reçu cette semaine les félicitations de plusieurs leaders mondiaux dont le président américain Barack Obama.

Le camp de Mme Timochenko a néanmoins jugé ces félicitations prématurées et réclamé un nouveau décompte des bulletins dans 1.200 des 34.000 bureaux de vote du pays, dans l'espoir d'obtenir l'invalidation du résultat du vote, puis, éventuellement, un troisième tour de scrutin.

Première publication : 13/02/2010

  • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

    L'Ukraine élit le président de l'après-Révolution orange

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'avis de Laure Delcour, spécialiste de l'espace post-soviétique à l'Iris

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le pro-russe Ianoukovitch part favori pour la présidentielle de dimanche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)